Aller au contenu

La phytothérapie

 J'ai crée cette catégorie pour susciter un intérêt plus grand pour les plantes. Je ne suggère en aucun cas l'automédication. Tout geste thérapeutique doit être la conséquence d'un diagnostic, l'apparition d'un quelconque syndrome doit obligatoirement entraîner  l'intervention d'un praticien.

Le serment d'Hippocrate:

Le serment d' Hippocrate est un serment traditionnellement prêté par les médecins en Occident avant de commencer à exercer.

Hippocrate disait: Que ton alimentation soit ta première médecine. ( -460 à -370 av J-C )


Artichaut

Plante dont on utilise les feuilles et le fruit. ( Cynara scolymus ).

Le fruit est excellent pour le foie qu'il protège des infections en éliminant les toxines. C'est une plante protectrice du foie. L'artichaut contient de la cynarine qui stimule la formation et l'élimination de la bile. Il aide à la reconstitution de la cellule hépatique, raison pour laquelle on l'utilise dans des cas de jaunisse et de cirrhose. L'infusion de feuilles aide à combattre le cholestérol et l'urée.

DSC02898

Utilisation :

En infusion : Une cuillère de feuilles coupées par tasse, faire bouillir l'eau et infuser 10 minutes. 2 tasses par jour. Sucrées car la tisane est très amère.

En décoction : 30 gr de feuilles pour 1 litre d'eau, bouillir 10 minutes. 2 tasse par jour.


Bleuet

Plante que l'on utilise entière. ( Centaurea cyanus )

Le bleuet des champs est prescrit comme décongestionnant en cas de conjonctivite, orgelet, soins de la peau, stomatite et soins du cuir chevelu.

Dans le genre Centaurea, beaucoup d'espèces ont longtemps été utilisées dans la médecine traditionnelle pour soigner diabètes, diarrhées, rhumatismes, hypertension, … Les fleurs contiennent des substances digestives et diurétiques.

Centaurea montana :

DSC00052

Utilisation :

En infusion : 20gr pour un litre d'eau en compresse ou soins externes.

Pour les ongelets laisser infuser 50 gr de bleuet pendant 1/2 heure dans un litre d'eau bouillante, laisser refroidir et appliquer en bain d’œil.

Pour les conjonctivites faire bouillir 30 gr de fleurs pendant 1/4 d'heure dans un litre d'eau, laisser refroidir et appliquer en bain d’œil.

Les fleurs comestibles s'utilisent dans les desserts (mousses, salades de fruits ou gâteaux).


Bourrache officinale

Plante dont on utilise les feuilles et les fleurs. ( Borago officinalis ).

La bourrache est fébrifuge, provoque la sueur pour lutter contre le rhume, les bronchites et la grippe. Également pour l’oligurie, goute, coliques néphrétiques, rhumatismes, rougeole, constipation et en fumigation pour les voie respiratoires.

DSC02027

Utilisation :

En infusion une cuillère à soupe par tasse d'eau laisser infuser 10 minutes. 4 tasses par jours.

En fumigation avec une décoction de 100 gr de plantes pour un litre d'eau, contre les affections des bronches.

Les fleurs de bourrache et les jeunes feuilles se consomment traditionnellement à l'état frais (mucilage favorisant le transit intestinal). On l'utilise aussi comme épice.

La plante peut agrémenter des omelettes, des salades et remplacer les légumes accompagnant les viandes. Elle est assez utilisée en Allemagne dans des potages froids, la recette la plus connue utilisant cette plante comme ingrédient serait la « sauce verte » que l’on peut déguster à Francfort.

Attention : La bourrache contient des alcaloïdes pyrrolizidiniques, aux propriétés hépatotoxiques dangereuses (qui augmentent le risque de tumeurs au foie).

 Il est donc déconseillé de consommer la bourrache, particulièrement de manière régulière et prolongée.


Camomille romaine

Plante vivace dont on utilise les fleurs. ( chamaemelum nobile ).

La camomille est digestive, antispasmodique, antalgique, antiseptique intestinal. Elle est conseillée en cas de digestion difficile, de règles douloureuses de colites, de migraine, de nervosité, d'insomnie. Elle est indiquée aussi pour les coliques et toute forme d'irritation intestinale.

DSC02696

Utilisation:

En usage externe : En crème ou compresse, elle est efficace en cas de conjonctivite, maladie de la peau, dartres, eczéma et inflammation des paupières..

En infusion : 2 cuillères à café pour 1/4 de litre d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. 2 à 3 tasses par jour pour améliorer la digestion calmer la douleur des règles.

En huile : 50 g de fleurs séchées pour 1/2 litre d'huile d'olive, laisser au soleil pendant 10 jours avant de filtrer. En friction pour les douleurs rhumatismales.

En vin digestif : 50 g de fleurs séchées dans un litre de vin, laisser macérer, filtrer.

Dans un litre de vin rouge faire macérer 50 g de fleurs et 20 g de zeste d'orange non traitée pendant10 jours, ajouter 50 g de sucre roux et filtrer.


Capucine

Plante cultivée que l'on utilise entière sans les racines. ( Tropaeolum majus ).

La capucine est utilisée pour les maladies respiratoires comme les bronchites et également en cas de règles insuffisantes, constipation, manque d'appétit et rachitisme.

DSC02682

Utilisation :

En usage externe : Contre la chute des cheveux prendre une poignée de feuilles, fleurs et graines et faire bouillir 15 minutes dans 1 litre d'eau. Utiliser en lotion sur le cuir chevelu.

En infusion : Une pincée par tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. 3 tasses par jour.

Pour les bronches, prendre 3 cuillères à soupe de suc frais de capucine mélangé à de la confiture, dans la journée.


Cassis

Arbre robuste dont on utilise les feuilles et les racines. ( ribes nigrum ).

Le cassis est efficace pour les rhumatismes et dans la prévention de l'arthritisme et également contre la goutte, hypertension, artériosclérose, obésité, affections rénales et urée.

DSC02952

Utilisation :

En usage externe : contre les piqures d'insectes, abcès et furoncles.

En infusion : Contre les rhumatismes. 50 gr de feuilles  dans 1 litre d'eau bouillantes, infuser 10 minutes. 3 tasses par jour pendant 3 semaines.

Vin de cassis : 20 feuilles fraîches dans un litre de vin blanc, laisser macérer 15 jours, filtrer et sucrer. Un verre avant les repas.


Cerisier

Le fruit du cerisier, la cerise dont on utilise les queues.  ( Prunus cerasus ).

Très diurétique, c'est un excellent remède contre les inflammations des voies urinaires, des coliques nephétiques, des cystites. Prescrite pour soulager la jaunisse, la goutte et les rhumatismes. Et également utilisées contre la constipation, anémie, cellulite et obésité.

DSC02543

Utilisation :

En infusion : 1 cuillère à soupe pour 25 cl d'eau froide, faire bouillir 5 minutes à feu doux et laisser infuser 10 minutes. Infuser les queues de cerises sont très diurétiques.


Coquelicot

Plante herbacée dont on utilise les pétales de la fleur. ( Papaver rhoeas ).

L'infusion de coquelicot calme la toux et les affection bronchiques et également contre l'asthme, angine, insomnie et coliques.

DSC02711

Utilisation :

En usage externe : Contre les maladie des yeux, les abcès dentaires et la peau sèche.

En infusion : Une pincée de fleurs dans une tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. 3 tasses par jour.

En sirop : Faire infuser 12 heures dans un récipient couvert 400 gr de fleurs fraîchement cueillies dans 1 litre d'eau versée bouillante. passer et ajouter 1.4 kg de sucre puis faire cuire jusqu'à épaississement.


Douce-amère

Attention : Plante toxique

Plante grimpante dont on utilise les ramilles. ( Solanum dulcamara ).

DSC02398

La douce-amère est utile en cas de bronchite, asthme et affection rhumatismales.

En usage externe : Contre diverses affections cutanées.


Églantier

Arbuste commun dont on utilise feuilles fruits et boutons floraux. ( Rosa canina ).

Le fruit de l'églantier, le cynorrhodon, a une teneur très élevée en vitamines et est légèrement diurétique. Consommé frais, il procure à l'organisme un apport nutritif important sous une forme rapidement assimilable. Ainsi le sirop de fruit de l'églantier est recommandé aux enfants. Il est prescrit pour lutter contre les parasitoses intestinales et comme fortifiant général également utilisé contre les lithiases rénales, œdèmes et hémorragies.

DSC02672

Utilisation :

En usage externe : Contre les plaies et brûlures.

En infusion : une cuillère par tasse de feuilles et fleurs, laisser infuser 10 minutes. Plusieurs tasse par jour.

En décoction : 5 à 10 baies par tasse. Faire bouillir 2 minutes. 4 tasse par jour.

En sirop : Le sirop de cynorrhodons, couper les extrémités et fendre le fruit en deux pour retirer les graines avec la pointe d'un couteau. Laver. Compter 500 gr de pulpe de  cynorrhodons pour 1 litre d'eau, porter à ébullition pendant 5 minutes, filtrer à travers une mousseline pour éliminer les poils, ajouter 300 gr de sucre et faire bouillir jusqu'à épaississement du liquide. On peut également en faire de la confiture.

Attention : pour les récolter il faut attendre les premières gelées que les fruit ramollissent.


Framboisier

Arbuste dont on utilise les feuilles et les fruits. ( Rubus idaeus ).

Les feuilles du framboisier sont astringentes, diurétiques, laxatives, utilisées pour les affections des voies respiratoires, les affections rénales et en cas de constipation et également en cas d'angine, règles douloureuses, asthénie.

DSC02894

Utilisation :

En usage externe : Contre la stomatite et les affections oculaires.

Les fruits sont excellents pour les diabétiques et préviennent les rhumatismes.

En infusion : 1 cuillère à soupe pour un bol d'eau bouillante, 2 tasse par jour.

En gargarisme ou compresse avec une décoction de 50 gr de feuilles pour un litre d'eau, faire bouillir 3 minutes puis laisser infuser 5 minutes.


Lierre terrestre

Plante vivace que l'on utilise entière. ( Glechoma hederacea ) .

Le lierre terrestre est un excellent expectorant en cas d'affections pulmonaires, bronchites, asthme et infection urinaires.

DSC02422

Utilisation :

En usage externe : Contre les abcès, furoncles et rhinorrhée ( écoulement nasal ) par inhalations.

En infusion : Une cuillère à dessert par tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. 4 tasses par jour.

En inhalation : Faire une inhalation avec une infusion de 100 gr de plante entière pour 1 litre d'eau bouillante infuser 10 minutes.


Liseron

Plante dont on utilise les feuilles et les racines. ( Convolvulus arvensis, liseron des champs et le Calystegia sepium, liseron des haies ).

DSC03104

le Liseron des champs est utilisé pour ses propriétés laxatives et purgatives énergiques de sa racine récoltée pendant les mois de juillet et d'août. On prépare à cet effet un sirop purgatif. Ses feuilles infusées ont les mêmes propriétés laxatives.


Mélisse officinale

Plante vivace dont on utilise les tiges fleuries et les feuilles. ( Melissa officinalis ).

La mélisse est stimulante et facilite la digestion, elle calme les tensions nerveuses, elle soulage les crise d' aérophagie, les éructation, elle atténue les flatulences et les migraines digestives. Les tiges et les feuilles sont utilisées comme tonique et stimulant léger. Les polyphénols de la mélisse sont antiviraux : contre l'herpès qui produit des vésicules blanchâtres, une infusion appliquée régulièrement sur les lésions aiderait à éliminer les éruptions en quelques jours et à réduire la fréquence d'apparition.

DSC01973

Utilisation :

En infusion, 30gr de sommités fleuries et (ou) de feuilles pour 1 litre d'eau bouillante, infuser 10 minutes. Une tasse au coucher. Infusée elle offre une tisane apaisante. De plus elle renferme une essence qui est un tonique nerveux.

Accompagnez vos viandes, volailles, poissons, salades, salades de fruits ou vos soupes de feuilles de mélisse.

Un alcool peut-être obtenu par distillation de ses feuilles fraîches : l'eau de mélisse a des propriétés antispasmodiques.

Le vin de mélisse :

Faire bouillir 20gr de sommités fleuries et (ou) les feuilles de mélisse pour 1 litre de vin blanc. Passer et conserver en bouteille. 

Le vin de mélisse est antispasmodique et digestif.


Nénuphar blanc

Plante aquatique dont on utilise fleurs et rhizome. ( Nymphaea alba ).

Le nénuphar est utilisé comme sédatif pour réduire l'activité sexuelle, c'est un neurosédatif, en cas de tétanie et troubles du sommeil.

Les décoctions de racines agissent comme tonique et régulent les fonctions intestinales.

En usage externe : Contre les rougeurs, plaies de la peau, couperose, leucorrhées et soin des cheveux.

DSC02736

Utilisation:

En infusion, une cuillère à café de fleurs pour une tasse ou en décoction de racines.


Ortie

Plante commune dont on utilise les feuilles et les racines. ( Urtica dioica ).

L’ortie est reminéralisante, hémostatique, dépurative, galactogène , diurétique recommandée en cas de rhumatismes, arrête les saignements de nez ou des plaies, combat l'asthme, le rhume des foins, allergies, ulcère gastrique, entérite, hypoménorrhées, insuffisance hépatique, hémorragie, métrorragie, énurésie, stimulant sexuel et en usage externe, l'alopécie, piqures d'insectes, psoriasis, urticaire.

DSC02234

Utilisation :

En infusion une cuillère à café de feuilles dans une tasse d'eau bouillante, infuser 10 minutes et boire avant chaque repas. 

Également en infusion 250 gr de feuilles fraiche pour 1/2 litre d'eau bouillante. Laisser infuser 12 heures puis buvez froid.

En décoction une poignée de racines coupées pour un litre d'eau, faire bouillir 10 minutes, à boire en deux jours.

Le suc obtenu en écrasant la plante est un remède contre les saignements internes, en prendre 50 gr à 100 gr par jour.

Très revitalisant, mélanger des feuilles coupées finement dans vos salades et vos crudités. Excellentes en soupe, soufflés, quiche, gratin ou en remplacement des épinards, y compris dans vos pizzas les feuilles d'ortie se consomment cuites comme un légume.

Se servir des feuilles séchés réduites en poudre sur les plats pendant l'hiver.

Roulez les jeunes feuilles sur elles mêmes de façon à emprisonner la partie supérieure du limbe et écrasez les entre vos doigts. Vous pouvez alors les manger sans risque.

Une dizaines de feuilles donnent plus de tonus qu'une barre de céréales.

En teinture, la teinture d'ortie renforce la pousse des cheveux : Remplir une bouteille de racines recouvrir d'alcool à 45%, garder 14 jours au chaud, filtrer. Utiliser en massage du cuir chevelu.


Ortie blanche ( Lamier blanc )

Plante herbacée dont on utilise les fleurs les feuilles et la plantes. ( Lamium album ).

Les feuilles et les fleurs sont astringentes, hémostatiques et expectorantes. Le lamier blanc (ortie blanche) est réputé pour son action contre les pertes blanches, diarrhée, dysenterie, métrorragie, hémorragie, hémorroïdes, anémie et en usage externe pour les soins des cheveux. ses propriétés astringentes dues à des tanins catéchiques la rendent active dans la séborrhée du cuir chevelu.

DSC02233

Utilisation :

En usage externe : infusion 25 gr par litre d'eau.

En infusion de feuilles comme anti-infectieux de la muqueuse vaginale.

Les jeunes feuilles sont comestibles et peuvent être consommées en salades ou être cuisinées comme des légumes.


Noyer

Arbre dont on utilise les feuilles. ( Juglans regia ).

Le noyer est à la fois dépuratif tonique et astringent, il aide contre le rachitisme, les maladies osseuses, la dyseptie, l'atonie digestives, la nausée, le diabète, la diarrhée, leucorrhées, l'angine, l'anémie.

DSC02897

Utilisation :

Une poignée de feuilles par litre d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes et boire à volonté.

En usage externe : Contre l'impétigo, les abcès , ulcères, plaies, engelures, chute des cheveux et conjonctivite.

En décoction : 50 gr de feuilles pour 1 litre d'eau en lotion ou en compresse sur abcès, ulcères, plaies, engelures, chute de cheveux.

Le vin de noix : Faire macérer pendant trois mois 500gr d'écorce de noix verte dans un litre d'eau de vie, filtrer, rajouter 3 litres de vin et sucrer. Prendre un verre avant les repas.


Pâquerette

Plante vivace des prairies dont on utilise les fleurs et les feuilles. ( Bellis perennis ).

La pâquerette est souvent prescrite pour l'hypertension et l'artériosclérose.

également pour l'asthme, bronchite, laryngite, toux, asthénie, insomnie, rhumatismes, angine.

Et en usage externe : hématomes, brûlures, furoncles, ulcérations, entorses.

DSC01983

Utilisation :

En infusion, une cuillère à café par tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. 3 tasses par jour.

En décoction, 20 gr de fleurs et de feuilles séchées dans 1 litre de vin, faire bouillir 5 minutes, filtrer, 2 verres par jour contre la bronchite.

En compresse trempée dans une décoction, 150gr de fleurs et de feuilles séchées pour 1 litre d'eau, faire bouillir 5 minutes, à appliquer sur les furoncles.


Pensée

Plante vivace des dont on utilise les fleurs, la plante fleurie et le suc frais. ( Viola tricolor ).

La pensée est utilisée comme dépuratif décongestionnant et pour un grand nombre d'affections cutanées et également contre l'indigestion, l'artériosclérose, les rhumatismes et l'adénome prostatique.

DSC03072

Utilisation:

En usage externe : Contre l'acné, dartre, eczéma, psoriasis, urticaire, herpès, teigne et impétigo.

En décoction : Une cuillère à café par tasse d'eau, faire bouillir puis infuser 10 minutes et boire 3 tasses par jour.

En compresse : Avec une infusion de 60 gr par litre d'eau.


Pissenlit

Plante vivace commune que l'on utilise entière. ( Taraxacum officinale ).

Le pissenlit est dépuratif, utile en cas d’insuffisance hépatique, goutte, artériosclérose, hyper-cholestérol, constipation, cellulite, asthénie.

En usage externe pour les verrues, taches de rousseur, dermatose.

DSC01980

Utilisation :

En décoction, une poignée pour un litre d'eau, faire bouillir 2 minutes puis infuser 10 minutes. Une tasse avant chaque repas.

Pour faire disparaître les taches de rousseur : Faire bouillir une poignée de fleurs pendant 1/2 heure, filtrer et appliquer en lotion du visage matin et soir.

A manger sans modération, les jeunes feuilles de pissenlit sont particulièrement appréciées en salade.

En lotion pour tonifier la peau avec une décoction de racines, à raison de 60gr par litre, faire bouillir 30 minutes et laisser infuser 2 heures.

En sirop : Mettez quelques poignées de fleurs de pissenlit dans un litre d'eau froide, chauffez lentement jusqu'à ébullition, laissez refroidir et macérer toute une nuit, égouttez les fleurs, bien presser et gardez que le jus, ajoutez 1 kg de sucre et 1/2 citron coupé en rondelles, faire cuire à tout petit feux sans couvrir jusqu'à la consistance d'un sirop.

Café de racines de pissenlit: Récoltez les racines, bien nettoyer à l'eau, découper en fines rondelles et les torréfier. Mettre au four à 120 degrés pendant environ 45 minutes, moudre et utiliser comme le café en grain.   

Attention : la plante peut être contaminée par la douve du foie, comme le cresson, et ne doit donc pas être consommée crue en cas de risque dû à la proximité de pâturages.


Souci

Plante commune des jardins dont on utilise les pétales. ( Calendula officinalis ).

Le souci est surtout employé de façon externe comme antiseptique cicatrisant pour soigner les affections de la peau, Blessures, brûlures, démangeaisons, coups de soleil, verrues, piqures d'abeille.

Mais aussi en infusion pour de nombreuses affections : sudorifique et diurétique contre la grippe, la fièvre, les douleurs rhumatismales, la goutte, douleur articulaires, comme anti-inflammatoire et cicatrisant contre les gastrites, l'entérite, les ulcérations des muqueuses de l'estomac et de l'intestin, colite, comme stimulant et décongestionnant contre les troubles hépatiques, l'insuffisance biliaire, les calculs, la jaunisse, comme emménagogue et antispasmodique contre les règles douloureuses ou irrégulières.
Et également contre l’hyperménorrhée, hypertension, ulcère de l'estomac et du duodénum.
En usage externe : Impétigo, cors, durillons, abcès, furoncles, brûlures, dartre, piqures, gerçures, couperose, tendinites.

DSC02179

Utilisation :

On utilise les fleurs séchées.

Teinture : Recouvrir les fleurs bien tassées de 3 fois leur volume d'alcool à 40, laisser macérer pendant 10 jours, filtrer, mettre dans un flacon bien bouché au frais et à l'obscurité.

Un simple onguent peut être fait en broyant des fleurs fraîches et en les mélangeant à de l'huile d'olive.

En poudre : Sécher et broyer les fleurs (peut être mélanger à du talc).

En infusion : Une cuillère à dessert par tasse d'eau bouillante laisser infuser 10 minutes , 3 tasses par jour. anti-inflammatoire, hypotenseur, spasmolytique, immunostimulant et hypocholestérolémiant.

En crème : Recouvrir des pétales fraîches d'huile d'olive, laisser macérer pendant 3 semaines, filtrer, mettre au bain-marie, ajouter du beurre de karité pour obtenir la consistance désirée.


Sureau

Arbuste dont on utilise les feuilles, les fleurs et les baies. ( Sambucus nigra ).

Le sureau est diurétique en cas de lithiase urinaire, aide contre  la cystite et la goutte. Il est utilisé contre les rhumatismes en cas de grippe, rhume, fièvre et également contre les bronchite, l'asthme et la constipation.

DSC02363

Utilisation :

En usage externe : En bains oculaires, conjonctivite, orgelet, engelures, brûlures et maladie de la peau.

Les baies fraiches, ou desséchées  sont purgatives, presser les fruits pour en extraire le suc, en prendre 20 à 30 gr dans la matinée.

En infusion : Une poignée de fleurs par litre d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes et boire à volonté en cas de cathare pulmonaire, bronchite, fièvres, rhumatismes et goutte. Pour tenter de stopper l'évolution d'un rhume dès ses premiers symptômes, prendre une tasse d'infusion concentrée très chaude.

En décoction : 50gr de fleurs pour 1 litre d'eau, faire bouillir 5 minutes et laisser infuser 5 minutes. En inhalation, contre le rhume de cerveau, l'enrouement, la laryngite, en lotion contre la conjonctivite et en compresse contre les engelures.  

En sirop : Le sirop de fleur de sureau. Prendre 10 ombelles et détacher les fleurs de la partie verte pour éviter d'avoir un gout amer. Mettre les fleurs dans un récipient, verser 1 litre d'eau bouillante, ajouter le jus d'un citron, couvrir et laisser macérer pendant 4 jours en remuant de temps en temps, filtrer, ajouter 1 kg de sucre en portant à ébullition, retirer du feu puis ajouter le jus de 10 citrons, bien mélanger et mettre en bouteille.

 


 

PREPARATIONS GALENIQUES

 

Alcoolat : Liquide incolore qu'on obtient en faisant macérer des plantes fraiches dans de l'alcool.

Alcoolature : Liquide coloré obtenue par macération de plantes fraiches dans de l’alcool. L'alcoolature faite à partir de feuilles prend une couleur verte. celle qui provient des racines est brune. Les enzymes qu'elles contiennent étant toujours actifs, les alcoolatures  se conservent mal et doivent être utilisées rapidement. On les  préfère aux alcoolats lorsque les principes actifs de la plante ne supportent pas la chaleur de la distillation.

Cataplasme : Préparation de la plante assez pâteuse pour être appliquée sur la peau dans un but thérapeutique. La plante peut être broyée hachée à chaud ou à froid ou mélangée à de la farine de Lin pour obtenir la bonne consistance. Le cataplasme classique à la farine de Lins se prépare avec de l'eau dans laquelle on délaye à froid de la farine de Lin. On fait cuire doucement en remuant constamment pour obtenir la consistance voulue. Il doit servir de support aux substances qui seront déposées à la surface au moment de l'application.  (farine de moutarde, poudre de guimauve...)

Compresse : Application durable d'une gaze ou d'un linge sur la partie du corps à soigner. La gaze a préalablement été imbibée de la préparation qu'on veut employer.

Crème : Mélange onctueux, semi-liquide, produit naturellement par certaines plantes sous forme de latex? mais plus souvent préparé en diluant des principes actifs dans un substrat de glycérides. on étale les crèmes sur la peau par friction. Elles pénètrent dans l'épiderme.

Décoction : Placer la plante dans l'eau froide portée à ébullition de 10 à 30 minutes.

Élixir : On l'obtient en faisant macérer des plantes, ou des extraits de plantes, dans une solution contenant principalement de l'alcool et du sucre. Certains élixirs sont préparés à partir d'alcoolats. d'autres contiennent des vins médicinaux.

Emplâtre : Plus adhérente que la crème, cette présentation semi-solide se façonne selon les contours de la partie du corps où elles est appliquée. L’emplâtre contient des graisses, de la résine, parfois de la cire.

Enveloppement : Compresse qui entoure tout un membre ou une partie du corps. On le fait avec une bande de gaze imprégnée de solution médicamenteuse.

Extrait : Solution qui recueille une partie des principes actifs de la plante soumise à traitement. D'abord la plante est séchée ou réduite en poudre. On lave la drogue, ou sa poudre, avec un solvant (eau, alcool, éther) qui en retire les principes solubles. Ce procédé, qui s'appelle la lixiviation, est classiquement utilisé pour faire du café : On fait passer de la vapeur d'eau ou de l'eau bouillante au travers des graines moulues. Ensuite, on fait évaporer la solution obtenue jusqu'à la concentration désirée.

Extrait fluide : C'est un extrait où l'évaporation de la solution est arrêtée à un faible degré de concentration.

Extrait mou : L'évaporation de la solution, plus forte ici que dans l'extrait fluide, laisse comme résidu une sorte de pâte molle. Le café se sert parfois ainsi en Amérique du Sud.

Fomentation : Variété de compresse ou de cataplasme maintenue quelques minutes seulement sur la peau.

Fumigation : Utilisation de vapeurs chargées des principes actifs de la plante. On peut ainsi faire bouillir des feuilles d'eucalyptus dans une pièce qu'on veut désinfecter. La fumée de certains végétaux qu'on brule lentement comme de l'encens peut aussi servir aux fumigations . C'est le cas de la fumée de baies de genévrier. 

Gargarisme : Préparation liquide dont on se rince la bouche, la gorge, le pharynx, les amygdales et les muqueuses. Il sert à désinfecter ou à calmer. Le gargarisme ne doit jamais être avalé.

Huile médicinale : Les fruits et les graines de nombreuses plantes donnent, lorsqu'on les presse, de l'huile végétale, à ne pas confondre avec l'huile essentielle, qui n'est pas un corps gras. On peut y faire macérer des racines et des drogues séchées pour réaliser des huiles médicinales. Certaines sont utilisées en friction, d'autres sont absorbées par voie orale.

Hydrolat : Liquide qu'on obtient en faisant macérer des plantes fraîches ou sèches dans de l'eau, puis en distillant la solution. L'eau de rosé, ainsi préparée par distillation, est un hydrolat.

Hydrolé : Liquide qu'on obtient en faisant dissoudre dans de l'eau une substance médicamenteuse. C'est une solution. L'eau de fleurs d'oranger, préparée par dissolution dans de l'eau d'une essence tirée de ces fleurs, est un hydrolé et non un hydrolat.

Infusion : Environ 1 cuillerées de plantes par tasse d'eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes. Consommer de 1 à 3 tasses par jour.

Inhalation : Variété de fumigation dans laquelle le malade hume directement les vapeurs thérapeutiques en plaçant sa tête au-dessus du récipient où l'extrait de plante aromatique se dissout dans de l'eau presque bouillante. On fait des inhalations pour dégager les sinus et les voies respiratoires supérieures.

Injection : Introduction d'un liquide dans les cavités naturelles (oreilles, nez, vagin, etc.) soit directement, soit au moyen d'une seringue ou d'une canule. Le liquide injecté est généralement une infusion ou une décoction préalablement tiédie.

Intrait : C'est une variété d'extrait physiologique végétal. Pour le faire, on doit utiliser des plantes fraîches qu'on stabilise à la vapeur d'eau ou d'alcool et qu'on fait ensuite sécher sous vide. Ces plantes stabilisées conservent ainsi toutes leurs qualités. On leur fait ensuite subir le même traitement qu'aux drogues ordinaires : on les lave à l'eau ou à l'alcool et on soumet à évaporation la solution obtenue. L'extrait qui en résulte est appelé intrait ; il possède les qualités de la plante fraîche. C'est une préparation couramment utilisée pour la valériane, le marron d'Inde.

Lait : Liquide obtenu lorsqu'on pile des graines oléagineuses dans de l'eau. On fait ainsi du lait d'amandes.

Liniment : Mélange hétérogène, de consistance molle, contenant souvent de l'huile et de l'alcool. Pour soulager les rhumatismes, les douleurs musculaires et les traumatismes, on en frictionne localement la peau.

Lotion : Préparation liquide dont on lave rapidement l'épiderme aux endroits irrités. On l'applique avec de l'ouate. Il existe des lotions spéciales pour le cuir chevelu.

Lavement : Introduction d'un liquide dans l'intestin au moyen d'une canule rectale reliée à une poire à lavement. Il a le plus souvent un effet purgatif, parfois émollient ou astringent.

Macération : Mettre la plante à froid dans un liquide (vin, eau, alcool, huile). Le temps de macération dépend de la plante rarement plus de 10 heures en général.

Mellite : Substance onctueuse qu'on prépare en faisant macérer des plantes dans du miel ou en faisant cuire un mélange de miel et d'hydrolé. Le miel rosat est une mellite : on ajoute à du miel une infusion astringente de pétales de rosés rouges ; il est employé comme gargarisme.

Mixture : Mélange de liquides médicamenteux qui agissent en synergie, chacun renforçant l'action des autres. On mélange ainsi les plantes douées des mêmes propriétés pour en faire des « espèces » : les espèces antispasmodiques, par exemple, peuvent regrouper dans une même mixture de la valériane, de la fleur d'oranger, de l'achillée millefeuille.

Onguent : Préparation crémeuse qu'on étale par friction. C'est un mélange où les principes actifs sont dissous dans des corps gras.

Parfum : On utilise les essences végétales de certaines plantes aromatiques pour préparer des parfums. Certains ont des propriétés antiseptiques.

Pâte : C'est un mélange de consistance molle, préparé avec du sucre et de la gomme arabique. On y ajoute des principes actifs selon le but thérapeutique recherché.

Pommade : Crème épaisse où les principes actifs sont dissous dans des corps gras pour faciliter la répartition sur l'épidémie.

Potion : Liquide destiné à être bu où l'on a fait entrer les principes actifs de la plante, par extrait, infusion ou macération.

Poudre : On la fabrique en broyant les plantes desséchées, ou leurs parties actives, à l'aide d'un moulin ou d'un mortier. Les poudres peuvent servir à faire des extraits, être délayées dans de l'eau ou être mélangées à la nourriture.

Shampooing : Préparation qu'on mélange à de l'eau pour laver les cheveux et le cuir chevelu. Certains shampooings sont antiseptiques et antiséborrhéiques.

 

Sirop : Préparation destinée à être bue. On l'obtient en faisant cuire une infusion ou une macération à laquelle on a rajouté du sucre et parfois un aromatisant.

Solution : Mélange liquide où les principes actifs de la plante sont dissous dans un solvant approprié (eau, alcool, huile, éther, etc.).

Suc : Liquide qu'on obtient par simple écoulement de la sève à l'extérieur du tronc, ou lorsqu'on presse les fruits, les feuilles ou la tige.

Teinture alcoolique : On la prépare en faisant dissoudre dans de l'alcool des substances médicamenteuses. On peut aussi faire macérer des plantes dans de l'alcool . Les teintures végétales sont dosées à raison d'une partie de substance végétale pour cinq parties d'alcool.

Vin toniques : On prépare des vins médicinaux en faisant macérer des écorces, des racines ou des feuilles de certaines espèces dans du vin. On fait ainsi du vin de cannelle, de quinquina, de gentiane, et d'autres.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *