Aller au contenu

1

Bienvenue au verger potager Normand sur www.jardinerbio.fr.

Ici seront abordées mes expériences florales, potagères, arboricoles et bien d'autres comme la permaculture... Le tout détaillé dans les catégories sur votre droite.

Bonne visite et n'hésitez pas à commenter...

( toutes les photos ici présentées sont issues du jardin )

                                                                                                                                                                                  JLM

 

Bonne visite

.

DSC00316

 

Trois espèces qui cohabitent et se partagent les mêmes ressources ...

 

.

Le Myosotis

.

Myosotis

 

Darwin

 

 

Vue du jardin le 6 juin 1944 2016

 

DSC02474

 

tope-là

.

DSC02320

 

 

 

 

 

 

 

 

 

biscotte tire la langue

 

 


Citations :

 

Le jardin est une méditation à ciel ouvert, un secret révélé à qui le mérite. G.Schoeller


Le jardin c'est de la philosophie rendue visible. E. Orsenna


Le jardin est la prolongation naturelle d'une conception de la vie. E. Orsenna


Mon corps est un jardin, ma volonté est son jardinier. W. Shakespeare


Il pousse plus de choses dans un jardin qu' on en a semé. Proverbe


Venez au jardin je voudrais que mes roses vous voient. R. Brinsley Sheridan


Un livre est comme un jardin que l'on porte dans sa poche. G. Talber


Les mains qui plantent ont beaucoup de mal à nourrir les bouches qui parlent.


La photo fait du bruit, une déflagration dont l'écho se prolonge, et invente paradoxalement le silence invisible des fêtes, des jeux, des pièces et des jardins. B. Puissesseau


N'éveille pas trop en toi l'esprit littéraire. Attends qu'il s'épanouisse  dans les jardins du savoir. Et lorsque tu auras réussi à maîtriser ton instrument, viendra le temps de l’exécution. H. Carbonneau


Mieux vaut respirer que de cueillir les roses, et les plus beaux jardins sont où l'on n'entre pas. F. Gregh


La patience est une fleur qui ne pousse pas dans tous les jardins. J. Heywood


Les jardins sont des formes de rêve, comme les poèmes, la musique, l'algèbre. H. Bianciotti


Tout jardin est, d'abord l'apprentissage du temps, du temps qu'il fait,la pluie, le vent, le soleil, et le temps qui passe, le cycle des saisons. E. Orsenna


Si les êtres mettaient à réussir leur existence la même énergie qu'ils consacrent à persuader les autres, le monde serait un jardin de roses. B. Tessarech


La productivité d'un lieu est illimité, les seuls facteurs limitants sont la connaissance et l'imagination. B. Mollison


Un jardin, même tout petit, c'est la porte du paradis. M. Angel


Après tout, qu'est Dieu ? Un enfant éternel jouant à un jeu éternel dans un éternel jardin. S. Aurobindo


La forêt, c'est encore un peu de paradis perdu. Dieu n'a pas voulu que le premier jardin fût effacé par le premier péché. M. Aymé


L'hiver le jardin s'ennuie de moi... C'est pourquoi il préfère s'endormir pour quelque temps... C. Blondeau


Si vous possédez une bibliothèque et un jardin, vous avez tout ce qu'il vous faut. Cicéron ( -106 à-43 av J.C )


 

Les cueillettes du jardin 2017

 

courgettes longues et rondes des oignons et des échalotes :

 

courgettes longues et rondes, poires prunes et haricots verts :

 

framboises :

courgettes et artichauts :

courgettes et échalotes :

 

courgettes concombres et cornichons :

 

courgettes et artichauts :

 

courgettes, piment doux, piment d’Espelette, tomates cerises et une branche de mélisse :

 

courgettes concombre et prunes :

courgettes framboises tomates piment doux et haricots verts :

basilic poire citrouilles courgettes piment doux et tomates :


Les cueillettes du jardin en 2016

 

quelques fèves :

DSC02446

.

fèves et rhubarbe :

DSC02449

.

fèves rhubarbe et radis :

DSC02659

.

petit pois artichauts et courgettes :

DSC02958

.

pomme de terre courgettes et une salade offerte par mon voisin :

DSC03015

.

artichauts courgettes et mes premières tomates :

DSC03027

.

courgettes artichauts concombres et tomates :

DSC03033

.

courgettes concombres et salade du voisin :

DSC03035

.

courgettes artichauts tomates fèves physalis fraises et un cornichon :  

DSC00029

DSC00031

.

betteraves rouges et courgettes :

DSC00106

.

oignons et courgettes :

DSC00344

.

tomates courgettes mûres et framboises :

dsc00387

.

chou-fleur chou cabus tomates et courgettes :

dsc00418

.

framboises courgettes tomates et oignons :

dsc00461

.

framboises courgettes et pommes de terre :

dsc00547

 

 citrouilles, vert-olive, platt white boer, courge de nice, butternut, musqué de provence et bouquet de fleur :

 

citrouilles, pommes de terre tomates et framboises ...

 

citrouilles choux aubergines et courgette :

 

petit panier de tomates :

 

citrouilles :

 

panier de sweet dumpling ou patidou :

citrouille platt white boer, vert-olive, courge de nice et un choux accompagné d'une branche de céleri :

 

citrouilles :

 

citrouilles :

 

citrouille :

 

1

 Artichaut

Le Cynara scolymus ou, plus communément appelé artichaut est une plante dicotylédone de la famille des Astéracées appartenant au genre Cynara. L'artichaut est un chardon domestiqué et cultivé.

DSC02898

Artichaut épineux :

DSC02899

L'artichaut a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Concombre

Le Cucumis sativus ou, plus communément appelé concombre est une plante potagère herbacée, rampante, de la même famille que la calebasse africaine, le melon ou la courge ( de la famille des Cucurbitacées ). La plante, qui poussait naturellement au pied de l'Himalaya, aurait été domestiquée pour la première fois en Inde il y a au moins 3 000 ans.

DSC03040

C'est la même espèce Cucumis sativus qui produit les cornichons.


Cornichon

Le cornichon est une plante herbacée annuelle de la famille des Cucurbitaceae, cultivée pour ses fruits, récoltés avant maturité et consommés principalement comme condiment.

Le nom scientifique est Cucumis sativus. Le Concombre et le cornichon sont une même espèce. Historiquement le concombre était récolté à maturité, à la différence du cornichon.

DSC03023

Pour la préparation de bocaux ce référer à la catégorie les conserves ( à venir ).


Courgette

La courgette est une plante de la famille des Cucurbitaceae, c'est aussi le fruit comestible de cette plante. La courgette est un légume courant en été, la fleur de courgette est aussi utilisée en cuisine. Les différentes variétés de courgettes sont des cultivars de l'espèce Cucurbita pepo, et de la sous-espèce Cucurbita pepo pepo dont fait partie aussi la citrouille véritable.

DSC03037

La courgette, comme toutes les Cucurbita, est originaire des Amériques ; des sélections successives ont abouti au XVIIIe siècle en Italie.

DSC03039


Fève

Les fèves sont des plantes annuelles légumineuses de la famille des Fabaceae, sous-famille des Faboideae, tribu des Fabeae. Comme les féverolles, les fèves cultivées ont comme origine l'espèce botanique Vicia faba.

DSC03083

On la cultive pour ses graines comestibles, tout particulièrement en Russie où elle constitue un mets traditionnel. Au Québec, elle fait partie de la cuisine traditionnelle, notamment une variété de fèves nommée gourgane.

Le terme désigne aussi la graine qui, consommée à l'état frais ou sec, est l'un des légumes les plus anciennement cultivés.

C'est une fève (qui symbolisait une pièce de monnaie) qu'on met parfois dans la galette des rois.

Abricotier

Le Prunus armeniaca ou, plus communément appelé Abricotier ou Abricotier commun, est un arbre fruitier appartenant au genre Prunus de la famille des Rosaceae, cultivé pour son fruit, l'abricot.

L’abricotier est cultivé essentiellement pour son fruit, plus rarement pour son bois. Son amande est également consommée dans certains pays. Le fruit peut être consommé frais mais sa saison est brève et sa conservation très courte. 

Il est aussi transformé (en pâtisserie, confiture, compote, conserve - fruits au sirop) ou séché. De son noyau, on tire des liqueurs comme le Noyau de Poissy ou l’amaretto.

C’est aussi un arbre d’ornement pour sa floraison printanière.

 


Caseillier

La casseille ou caseille ( contraction de cass-is et gros-eille ) est le fruit du casseillier ou caseillier, un hybride entre le cassissier et le groseillier à maquereau.

DSC02895

L'arbuste ne possède pas d'épines et produit des fruits plus gros que le cassis et plus petits que la groseille à maquereau.

Cassissier

Le Ribes nigrum ou, plus communément appelé cassis ou groseillier noir est un arbrisseau de la famille des Grossulariaceae.

DSC02952

Le cassis est consommé frais et permet la réalisation de gelées, confitures, sorbets, tartes . On peut aussi le consommer de manière liquide, avec la crème de cassis que l'on utilise pour faire les kirs, du nectar (très apprécié en Bulgarie), des sirops, des liqueurs, de la purée ou du coulis.

Le cassis se conserve bien par la dessiccation et congélation, et peut constituer une réserve de fruits pour l'hiver.

Le cassis a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Cerisier

Le terme cerisier est un nom commun générique qui désigne en français plusieurs espèces d'arbres du genre Prunus de la famille des Rosaceae. Ce sont soit des arbres fruitiers donnant des cerises ou des arbres ornementaux originaires d'Asie Orientale (Chine, Japon) plantés uniquement pour leurs fleurs et dont les fruits sont insignifiants.

Bigarreau Burlat :

DSC02543

Le cerisier a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Fraisier

Le Fragaria ou, plus communément appelée la fraise est le fruit des fraisiers, herbacées de la famille des Rosaceae.

DSC02681

Le fraisier a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Framboisier

Le Rubus idaeus ou, plus communément appelé Framboisier ou la Ronce du mont Ida est une espèce d'arbrisseaux de la famille des Rosacées, couramment cultivée pour leurs petits fruits, les framboises.

DSC02894

Le framboisier a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Groseillier

La groseille aussi appelée raisinet ou raisinelet est une baie. C'est le fruit du groseillier, en particulier des espèces Ribes rubrum ( groseilles rouge ou blanche ), Ribes uva-crispa ( groseilles à maquereau ) et Ribes nigrum ( cassis )… de la famille des Grossulariaceae.

Groseillier à maquereau

Le Ribes uva-crispa ou, plus communément appelé groseillier à maquereau  est une espèce d'arbuste épineux à gros fruits d'abord vert pâle, devenant, selon les variétés, blanchâtres et translucides ou rouge sombre à maturité. Son nom tiendrait au fait que les maquereaux (poissons) étaient traditionnellement cuisinés accompagnés de ces fruits.

DSC02883

Groseillier rouge

Le Ribes rubrum ou; plus communément appelé Groseillier à grappes est une espèce du genre Ribes, de la famille des Grossulariaceae qui produit des baies, la groseilles très appréciées des oiseaux.

DSC02756


Mirabellier

Le Mirabellier est une sous-espèce de prunier (Prunus domestica subsp. syriaca) dont le fruit est la mirabelle. Le mirabellier est un arbre fruitier indissociable de la Lorraine (80 % de la production mondiale). À l'étymologie supposée, « belle à voir » de l'italien mira bella .


Noyer

Les Juglans ou, plus communément appelé noyers sont un genre d'arbres appartenant à la famille des Juglandacées. Selon Pline l'Ancien ( écrivain, naturaliste né en 23 après J-C ) et d'autres savants, le nom latin Juglans vient de Jovis glans, ( gland de Jupiter ) Son fruit est la noix.

DSC02897

Le noyer a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Prunier

Le Prunus domestica L. ou plus communément appelé Le prunier est un arbre fruitier appartenant au genre Prunus, au clade Amygdalus-Prunus, section Prunus, de la famille des Rosaceae, cultivé pour ses fruits, les prunes.


Sureau

Les sureaux, arbustes et plantes herbacées du genre Sambucus, appartenaient à la famille des Caprifoliacées. Les travaux récents en systématique situent maintenant ce genre dans les Adoxacées. Le sureau est une plante nitrophile, sa présence indique donc un sol riche en azote. Les sureaux ligneux sont des arbustes à fleurs blanches ou de couleur crème qui se transforment ensuite en petits bouquets de baies rouges, bleues ou noires. Ces baies sont très appréciées des oiseaux.

DSC02363

Attention la consommation des baies crues n'est pas conseillée, car elles sont légèrement toxiques et peuvent provoquer des vomissements surtout quand elles sont immatures. La toxicité est détruite lors de la cuisson.

DSC00242

En revanche, les fruits comme les fleurs peuvent être transformés en vin de sureau, en sirop sureau, en gelée de sureau, en limonade, ou en kéfir de sureau ( boisson issue de la fermentation du lait ou de jus de fruits sucrés ). On peut aussi faire du vinaigre de sureau  en laissant macérer au soleil, des fleurs de sureau dans du vinaigre de vin.  utilisé dans les salades. Les fleurs sont également utilisées pour fabriquer le champagne de sureau et les fruits macérés dans l'alcool peuvent être distillés pour produire de l'eau de vie. Le sureau sert à aromatiser la sambuca, une liqueur à base d'anis. Elle peut aussi servir à aromatiser la bière.

Le sureau a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


 

Le compost

transformez vos déchets en terreau

Le compostage est un processus biologique aérobie de conversion et de valorisation des matières organiques en un produit stabilisé, hygiénique, semblable à un terreau, riche en composés humiques, le compost.

Le compostage domestique est réalisé simplement en tas, ou dans des composteurs. Il permet de transformer la plupart des déchets biodégradables des ménages, soit environ 30% des déchets domestiques: déchets alimentaires (coquilles d’œufs ou de fruits à coques), épluchures, déchets de jardinage (tontes de pelouse, feuilles, branches fines, paille), papier, carton et bois (non traités).

DSC02063

Néanmoins, il est déconseillé de mettre au compost des déchets de plantes toxiques comme le thuya ou l'if ; de même, les plantes malades seront brûlées pour éviter la propagation des éléments pathogènes. Dans la mesure où les déchets d'origine animale (viande, poisson) peuvent attirer des animaux, certains évitent d'en incorporer au compost.

 

3 kg de déchets compostables produisent environ 1 kg de compost.

 

Jeter nos déchets biodégradable à la poubelle c'est comme jeter de l'énergie, pour laquelle il faudra utiliser de l'énergie pour la détruire...

Place au bon sens avec des gestes écocitoyens.

 


Un compostage rapide en 18 jours

Dit, la méthode de compostage Berkeley:

Il s’agit d’une méthode de compostage dite "rapide". C’est un méthode permettant d’avoir du compost en 18 jours et il demande l’utilisation d’excréments animaux végétariens, dans l’idéal de la bouse de vache fraîche ou du crottin de cheval.

Les excréments joueront le rôle d’activateur de compost dans le processus, car ils aident à obtenir rapidement une élévation de la température.

Pour les matières vertes, on utilisera aussi des matières très fines et très fraiche.

Pour les matières brunes, il faut absolument éviter les gros morceaux de bois. Ceux-ci mettraient beaucoup trop de temps à se décomposer. En revanche, on peut utiliser du bois très finement coupé, du broyat fin ou de la sciure.

Le tas va faire 1m³ et on va mettre plusieurs couches les unes sur les autres.

On commence par mettre une couche de matières brunes suivie d’une couche de matières vertes et enfin une couche d’excréments avec une vingtaine de centimètres d'épaisseur.
Et on recommence par mettre une couche de matières brunes, etc ... jusqu’à obtenir la taille souhaitée.

Ensuite, il faut arroser abondamment avec de l’eau, à raison d’un volume égal à la moitié de la taille du tas de compost. Donc l’équivalent de 50cm³ d’eau.
Un bon indicateur est de voir à partir de quand le tas commence à ruisseler d’eau.

Pour démarrer encore plus vite le compost, on peut utiliser un activateur. Cet activateur devra être riche en azote.
Vous pouvez utiliser par exemple : du purin d’ortie ou de consoude.

Enfin cette méthode demande de retourner le tas tous les jours ou tous les deux jours.  Plus le tas sera brassé et aéré plus vite le produit final sera là.

Vous pouvez moduler avec du fumier de la tonte d'herbe et de la paille.


le paillis

le paillis est une couche de matériau protecteur posée sur le sol, principalement dans le but de modifier les effets du climat local. Si, à l'origine, le terme dérive évidemment de paille, de nombreux autres matériaux naturels ou synthétiques sont utilisés à cet effet. L'opération qui consiste à mettre en place ce matériau est le paillage utilisant soit de la paille coupée ou hachée, des écorces de pin maritime, des copeaux de bois, des tontes de gazon, des paillettes de lin, des feuilles mortes, des aiguilles de pin, de la fougère sèche broyée, des écorces de peuplier, de la chènevotte, du film plastique, de la toile tissée, du gravier, des galets, du sable, des cartons recyclables, de la brique pilée, de l'ardoise en morceaux ou encore de la pouzzolane (roche naturelle provenant des projections volcaniques basaltiques ou de composition proche). 

DSC03142

Le paillis régule la température du sol, ralenti l'évaporation de l'eau, maintient  l'humidité dans le sol, garde le sol meuble, enrichi le sol, favorise la vie biologique du sol et le protège des mauvaises herbes (par manque de lumière).


Le compost mûr

À maturité, le compost mûr ressemble à du terreau, il en a la couleur sombre, la texture légère ; on n'y reconnait plus les déchets qui ont servi à le constituer. Son odeur est agréable (odeur d'humus, de sous-bois). Il est utilisé en apport organique  ou comme terreau (massifs, rempotage, semis)


rapport C/N

 

Le rapport C/N ou rapport carbone sur azote est un indicateur qui permet de juger du degré d'évolution de la matière organique, c'est-à-dire de son aptitude à se décomposer plus ou moins rapidement dans le sol:

Les microorganismes du sol (microfaune) ont un rapport C/N moyen de 8.

La microfaune désigne l'ensemble des tout petits animaux (inférieur à 0,2 mm) présents dans un espace donné. La plus grande partie de la microfaune n'est visible qu'à la loupe, la loupe binoculaire ou sous le microscope. En dépit de sa discrétion, elle joue un rôle fondamental pour la formation et l'évolution des sols et des sédiments, ainsi que pour la décomposition du Bois mort et des cadavres animaux. Elle joue ainsi un rôle majeur dans la minéralisation de la matière organique, le cycle du carbone et de nombreux grands cycles biogéochimiques.

Des liens complexes d'interdépendance existent entre la microflore, la microfonge et la microfaune et les populations microbiennes. Une grande partie de la microfaune joue un rôle important de décomposeur.

La microfaune est notamment vulnérable à la destruction de son milieu par le labour ou la déforestation et à l'exposition à la lumière et aux UV solaires. La granulométrie du substrat et du sédiments influent sur la microfaune et inversement.

les microorganismes du sol consomment les deux tiers du carbone pour l'énergie et un tiers pour leur constitution.

Avec un rapport C/N moyen de 8 l'équilibre nutritionnel des microorganismes est donc situé à un rapport C/N de 24. En dessous de ce rapport, l'azote est en excès et sera donc libéré, à la disponibilité des plantes. Au-dessus, de l'azote sera prélevé dans la solution du sol pour subvenir aux besoins des microorganismes.

 

Avec un rapport C/N inférieur à 15 : Il y a production d'azote, la vitesse de décomposition s'accroît ; elle est à son maximum pour un rapport C/N  10.

Avec un rapport C/N entre 15 et 20 : Le besoin en azote est couvert pour permettre une bonne décomposition de la matière carbonée.

Avec un rapport C/N supérieur à 20 : Il n'y a pas assez d'azote pour permettre la décomposition du carbone.

Il est couramment admis que, plus le rapport C/N d'un produit est élevé, plus il se décompose lentement dans le sol mais plus l'humus obtenu est stable.

Pour que le compostage se fasse dans des conditions optimales, le rapport Carbone/Azote doit être situé entre 15 et 30. En effet, si le mélange à composter est trop faible en azote, il ne chauffera pas (pas de dégradation). Si la proportion d'azote est trop élevée, le compost peut surchauffer et tuer les micro-organismes du compost. Il faudra donc veiller à équilibrer les apports.

Le rapport C/N est un facteur essentiel de la dynamique du carbone et de l’azote.

 

Rapport C/N de différentes matières organiques

 

Le rapport C/N est très élevé pour la matière végétale fraîche (50 à 150 pour la paille) et diminue tout au long de sa décomposition en se stabilisant autour de 10 pour l'humus.

Le C/N est très variable pour les résidus végétaux (de 10 à 100 environ). Le C/N de l’humus est plus stable (autour de 9) et le C/N moyen de la biomasse microbienne du sol est proche de 8.

Rapport C/N de différentes matières organique :

  • Urine : 0,7
  • jus d'écoulement du fumier : 1,9 - 3,1
  • Matières végétales vertes : 7
  • Humus, terre noire : 10
  • Compost de fumier après huit mois de fermentation : 10
  • Gazon : 10
  • Consoude : 10
  • Fientes de volailles : 10
  • Compost de fumier mûr, 4 mois, sans adjonction de terre : 15
  • Fumier de ferme après 3 mois de stockage : 15
  • Fanes de légumineuses : 15
  • Fumier frais pauvre en paille : 20
  • Déchets de cuisine : 10-25
  • Fanes de pommes de terre : 25
  • Aiguilles de pin : 30
  • Fumier de ferme frais avec apport de paille abondant : 30
  • Tourbe noire : 30
  • Feuilles d'arbre (à la chute) : 20-60
  • Déchets verts de plantes : 20-60
  • Tourbe blonde : 50
  • Paille de céréales : 50 - 150
  • Paille d'avoine : 50
  • Paille de seigle : 65
  • Bois raméal fragmenté (branches broyées) (BRF) : 60 - 150 (selon le type de bois et de diamètre broyé)
  • Écorce : 100-150
  • Paille de blé : 150
  • Papier : 150
  • Sciure de bois décomposée : 200
  • Sciure de bois feuillus (jeunes feuilles) (moyenne) : 150 - 500

Exemple :

On mélange 2 brouettes de gazon (C/N 10) avec 1 brouette de branches broyées (C/N 70) : (2x10= 20 + 70= 90)

(2 x C/N 10 pour les brouettes de gazon + 1 x C/N 70 pour la brouette de branches broyées ) = 90 divisé par 3 quantité  de brouette = 30.

Le rapport C/N obtenu est de 30. Bon pour le compost mais le mélange n'est pas assez riche en matériaux structurant. Il vaut mieux avoir un peu trop de carbone mais une bonne structure. En effet, si le tas se tasse de trop, une fermentation anaérobie apparaîtra, d'où les mauvaises odeurs et un ralentissement du processus.

Attention : Ce calcul n'est valable que si le taux de matière sèche est similaire pour les déchets considérés (le contenu en eau). Si ce n'est pas le cas, l'équilibre proportionnel (la pondération) doit se faire en base à la matière sèche.

 J'ai crée cette catégorie pour susciter un intérêt plus grand pour les plantes. Je ne suggère en aucun cas l'automédication. Tout geste thérapeutique doit être la conséquence d'un diagnostic, l'apparition d'un quelconque syndrome doit obligatoirement entraîner  l'intervention d'un praticien.

Le serment d'Hippocrate:

Le serment d' Hippocrate est un serment traditionnellement prêté par les médecins en Occident avant de commencer à exercer.

Hippocrate disait: Que ton alimentation soit ta première médecine. ( -460 à -370 av J-C )


Artichaut

Plante dont on utilise les feuilles et le fruit. ( Cynara scolymus ).

Le fruit est excellent pour le foie qu'il protège des infections en éliminant les toxines. C'est une plante protectrice du foie. L'artichaut contient de la cynarine qui stimule la formation et l'élimination de la bile. Il aide à la reconstitution de la cellule hépatique, raison pour laquelle on l'utilise dans des cas de jaunisse et de cirrhose. L'infusion de feuilles aide à combattre le cholestérol et l'urée.

DSC02898

Utilisation :

En infusion : Une cuillère de feuilles coupées par tasse, faire bouillir l'eau et infuser 10 minutes. 2 tasses par jour. Sucrées car la tisane est très amère.

En décoction : 30 gr de feuilles pour 1 litre d'eau, bouillir 10 minutes. 2 tasse par jour.


Bleuet

Plante que l'on utilise entière. ( Centaurea cyanus )

Le bleuet des champs est prescrit comme décongestionnant en cas de conjonctivite, orgelet, soins de la peau, stomatite et soins du cuir chevelu.

Dans le genre Centaurea, beaucoup d'espèces ont longtemps été utilisées dans la médecine traditionnelle pour soigner diabètes, diarrhées, rhumatismes, hypertension, … Les fleurs contiennent des substances digestives et diurétiques.

Centaurea montana :

DSC00052

Utilisation :

En infusion : 20gr pour un litre d'eau en compresse ou soins externes.

Pour les ongelets laisser infuser 50 gr de bleuet pendant 1/2 heure dans un litre d'eau bouillante, laisser refroidir et appliquer en bain d’œil.

Pour les conjonctivites faire bouillir 30 gr de fleurs pendant 1/4 d'heure dans un litre d'eau, laisser refroidir et appliquer en bain d’œil.

Les fleurs comestibles s'utilisent dans les desserts (mousses, salades de fruits ou gâteaux).


Bourrache officinale

Plante dont on utilise les feuilles et les fleurs. ( Borago officinalis ).

La bourrache est fébrifuge, provoque la sueur pour lutter contre le rhume, les bronchites et la grippe. Également pour l’oligurie, goute, coliques néphrétiques, rhumatismes, rougeole, constipation et en fumigation pour les voie respiratoires.

DSC02027

Utilisation :

En infusion une cuillère à soupe par tasse d'eau laisser infuser 10 minutes. 4 tasses par jours.

En fumigation avec une décoction de 100 gr de plantes pour un litre d'eau, contre les affections des bronches.

Les fleurs de bourrache et les jeunes feuilles se consomment traditionnellement à l'état frais (mucilage favorisant le transit intestinal). On l'utilise aussi comme épice.

La plante peut agrémenter des omelettes, des salades et remplacer les légumes accompagnant les viandes. Elle est assez utilisée en Allemagne dans des potages froids, la recette la plus connue utilisant cette plante comme ingrédient serait la « sauce verte » que l’on peut déguster à Francfort.

Attention : La bourrache contient des alcaloïdes pyrrolizidiniques, aux propriétés hépatotoxiques dangereuses (qui augmentent le risque de tumeurs au foie).

 Il est donc déconseillé de consommer la bourrache, particulièrement de manière régulière et prolongée.


Camomille romaine

Plante vivace dont on utilise les fleurs. ( chamaemelum nobile ).

La camomille est digestive, antispasmodique, antalgique, antiseptique intestinal. Elle est conseillée en cas de digestion difficile, de règles douloureuses de colites, de migraine, de nervosité, d'insomnie. Elle est indiquée aussi pour les coliques et toute forme d'irritation intestinale.

DSC02696

Utilisation:

En usage externe : En crème ou compresse, elle est efficace en cas de conjonctivite, maladie de la peau, dartres, eczéma et inflammation des paupières..

En infusion : 2 cuillères à café pour 1/4 de litre d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. 2 à 3 tasses par jour pour améliorer la digestion calmer la douleur des règles.

En huile : 50 g de fleurs séchées pour 1/2 litre d'huile d'olive, laisser au soleil pendant 10 jours avant de filtrer. En friction pour les douleurs rhumatismales.

En vin digestif : 50 g de fleurs séchées dans un litre de vin, laisser macérer, filtrer.

Dans un litre de vin rouge faire macérer 50 g de fleurs et 20 g de zeste d'orange non traitée pendant10 jours, ajouter 50 g de sucre roux et filtrer.


Capucine

Plante cultivée que l'on utilise entière sans les racines. ( Tropaeolum majus ).

La capucine est utilisée pour les maladies respiratoires comme les bronchites et également en cas de règles insuffisantes, constipation, manque d'appétit et rachitisme.

DSC02682

Utilisation :

En usage externe : Contre la chute des cheveux prendre une poignée de feuilles, fleurs et graines et faire bouillir 15 minutes dans 1 litre d'eau. Utiliser en lotion sur le cuir chevelu.

En infusion : Une pincée par tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. 3 tasses par jour.

Pour les bronches, prendre 3 cuillères à soupe de suc frais de capucine mélangé à de la confiture, dans la journée.


Cassis

Arbre robuste dont on utilise les feuilles et les racines. ( ribes nigrum ).

Le cassis est efficace pour les rhumatismes et dans la prévention de l'arthritisme et également contre la goutte, hypertension, artériosclérose, obésité, affections rénales et urée.

DSC02952

Utilisation :

En usage externe : contre les piqures d'insectes, abcès et furoncles.

En infusion : Contre les rhumatismes. 50 gr de feuilles  dans 1 litre d'eau bouillantes, infuser 10 minutes. 3 tasses par jour pendant 3 semaines.

Vin de cassis : 20 feuilles fraîches dans un litre de vin blanc, laisser macérer 15 jours, filtrer et sucrer. Un verre avant les repas.


Cerisier

Le fruit du cerisier, la cerise dont on utilise les queues.  ( Prunus cerasus ).

Très diurétique, c'est un excellent remède contre les inflammations des voies urinaires, des coliques nephétiques, des cystites. Prescrite pour soulager la jaunisse, la goutte et les rhumatismes. Et également utilisées contre la constipation, anémie, cellulite et obésité.

DSC02543

Utilisation :

En infusion : 1 cuillère à soupe pour 25 cl d'eau froide, faire bouillir 5 minutes à feu doux et laisser infuser 10 minutes. Infuser les queues de cerises sont très diurétiques.


Coquelicot

Plante herbacée dont on utilise les pétales de la fleur. ( Papaver rhoeas ).

L'infusion de coquelicot calme la toux et les affection bronchiques et également contre l'asthme, angine, insomnie et coliques.

DSC02711

Utilisation :

En usage externe : Contre les maladie des yeux, les abcès dentaires et la peau sèche.

En infusion : Une pincée de fleurs dans une tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. 3 tasses par jour.

En sirop : Faire infuser 12 heures dans un récipient couvert 400 gr de fleurs fraîchement cueillies dans 1 litre d'eau versée bouillante. passer et ajouter 1.4 kg de sucre puis faire cuire jusqu'à épaississement.


Douce-amère

Attention : Plante toxique

Plante grimpante dont on utilise les ramilles. ( Solanum dulcamara ).

DSC02398

La douce-amère est utile en cas de bronchite, asthme et affection rhumatismales.

En usage externe : Contre diverses affections cutanées.


Églantier

Arbuste commun dont on utilise feuilles fruits et boutons floraux. ( Rosa canina ).

Le fruit de l'églantier, le cynorrhodon, a une teneur très élevée en vitamines et est légèrement diurétique. Consommé frais, il procure à l'organisme un apport nutritif important sous une forme rapidement assimilable. Ainsi le sirop de fruit de l'églantier est recommandé aux enfants. Il est prescrit pour lutter contre les parasitoses intestinales et comme fortifiant général également utilisé contre les lithiases rénales, œdèmes et hémorragies.

DSC02672

Utilisation :

En usage externe : Contre les plaies et brûlures.

En infusion : une cuillère par tasse de feuilles et fleurs, laisser infuser 10 minutes. Plusieurs tasse par jour.

En décoction : 5 à 10 baies par tasse. Faire bouillir 2 minutes. 4 tasse par jour.

En sirop : Le sirop de cynorrhodons, couper les extrémités et fendre le fruit en deux pour retirer les graines avec la pointe d'un couteau. Laver. Compter 500 gr de pulpe de  cynorrhodons pour 1 litre d'eau, porter à ébullition pendant 5 minutes, filtrer à travers une mousseline pour éliminer les poils, ajouter 300 gr de sucre et faire bouillir jusqu'à épaississement du liquide. On peut également en faire de la confiture.

Attention : pour les récolter il faut attendre les premières gelées que les fruit ramollissent.


Framboisier

Arbuste dont on utilise les feuilles et les fruits. ( Rubus idaeus ).

Les feuilles du framboisier sont astringentes, diurétiques, laxatives, utilisées pour les affections des voies respiratoires, les affections rénales et en cas de constipation et également en cas d'angine, règles douloureuses, asthénie.

DSC02894

Utilisation :

En usage externe : Contre la stomatite et les affections oculaires.

Les fruits sont excellents pour les diabétiques et préviennent les rhumatismes.

En infusion : 1 cuillère à soupe pour un bol d'eau bouillante, 2 tasse par jour.

En gargarisme ou compresse avec une décoction de 50 gr de feuilles pour un litre d'eau, faire bouillir 3 minutes puis laisser infuser 5 minutes.


Lierre terrestre

Plante vivace que l'on utilise entière. ( Glechoma hederacea ) .

Le lierre terrestre est un excellent expectorant en cas d'affections pulmonaires, bronchites, asthme et infection urinaires.

DSC02422

Utilisation :

En usage externe : Contre les abcès, furoncles et rhinorrhée ( écoulement nasal ) par inhalations.

En infusion : Une cuillère à dessert par tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. 4 tasses par jour.

En inhalation : Faire une inhalation avec une infusion de 100 gr de plante entière pour 1 litre d'eau bouillante infuser 10 minutes.


Liseron

Plante dont on utilise les feuilles et les racines. ( Convolvulus arvensis, liseron des champs et le Calystegia sepium, liseron des haies ).

DSC03104

le Liseron des champs est utilisé pour ses propriétés laxatives et purgatives énergiques de sa racine récoltée pendant les mois de juillet et d'août. On prépare à cet effet un sirop purgatif. Ses feuilles infusées ont les mêmes propriétés laxatives.


Mélisse officinale

Plante vivace dont on utilise les tiges fleuries et les feuilles. ( Melissa officinalis ).

La mélisse est stimulante et facilite la digestion, elle calme les tensions nerveuses, elle soulage les crise d' aérophagie, les éructation, elle atténue les flatulences et les migraines digestives. Les tiges et les feuilles sont utilisées comme tonique et stimulant léger. Les polyphénols de la mélisse sont antiviraux : contre l'herpès qui produit des vésicules blanchâtres, une infusion appliquée régulièrement sur les lésions aiderait à éliminer les éruptions en quelques jours et à réduire la fréquence d'apparition.

DSC01973

Utilisation :

En infusion, 30gr de sommités fleuries et (ou) de feuilles pour 1 litre d'eau bouillante, infuser 10 minutes. Une tasse au coucher. Infusée elle offre une tisane apaisante. De plus elle renferme une essence qui est un tonique nerveux.

Accompagnez vos viandes, volailles, poissons, salades, salades de fruits ou vos soupes de feuilles de mélisse.

Un alcool peut-être obtenu par distillation de ses feuilles fraîches : l'eau de mélisse a des propriétés antispasmodiques.

Le vin de mélisse :

Faire bouillir 20gr de sommités fleuries et (ou) les feuilles de mélisse pour 1 litre de vin blanc. Passer et conserver en bouteille. 

Le vin de mélisse est antispasmodique et digestif.


Nénuphar blanc

Plante aquatique dont on utilise fleurs et rhizome. ( Nymphaea alba ).

Le nénuphar est utilisé comme sédatif pour réduire l'activité sexuelle, c'est un neurosédatif, en cas de tétanie et troubles du sommeil.

Les décoctions de racines agissent comme tonique et régulent les fonctions intestinales.

En usage externe : Contre les rougeurs, plaies de la peau, couperose, leucorrhées et soin des cheveux.

DSC02736

Utilisation:

En infusion, une cuillère à café de fleurs pour une tasse ou en décoction de racines.


Ortie

Plante commune dont on utilise les feuilles et les racines. ( Urtica dioica ).

L’ortie est reminéralisante, hémostatique, dépurative, galactogène , diurétique recommandée en cas de rhumatismes, arrête les saignements de nez ou des plaies, combat l'asthme, le rhume des foins, allergies, ulcère gastrique, entérite, hypoménorrhées, insuffisance hépatique, hémorragie, métrorragie, énurésie, stimulant sexuel et en usage externe, l'alopécie, piqures d'insectes, psoriasis, urticaire.

DSC02234

Utilisation :

En infusion une cuillère à café de feuilles dans une tasse d'eau bouillante, infuser 10 minutes et boire avant chaque repas. 

Également en infusion 250 gr de feuilles fraiche pour 1/2 litre d'eau bouillante. Laisser infuser 12 heures puis buvez froid.

En décoction une poignée de racines coupées pour un litre d'eau, faire bouillir 10 minutes, à boire en deux jours.

Le suc obtenu en écrasant la plante est un remède contre les saignements internes, en prendre 50 gr à 100 gr par jour.

Très revitalisant, mélanger des feuilles coupées finement dans vos salades et vos crudités. Excellentes en soupe, soufflés, quiche, gratin ou en remplacement des épinards, y compris dans vos pizzas les feuilles d'ortie se consomment cuites comme un légume.

Se servir des feuilles séchés réduites en poudre sur les plats pendant l'hiver.

Roulez les jeunes feuilles sur elles mêmes de façon à emprisonner la partie supérieure du limbe et écrasez les entre vos doigts. Vous pouvez alors les manger sans risque.

Une dizaines de feuilles donnent plus de tonus qu'une barre de céréales.

En teinture, la teinture d'ortie renforce la pousse des cheveux : Remplir une bouteille de racines recouvrir d'alcool à 45%, garder 14 jours au chaud, filtrer. Utiliser en massage du cuir chevelu.


Ortie blanche ( Lamier blanc )

Plante herbacée dont on utilise les fleurs les feuilles et la plantes. ( Lamium album ).

Les feuilles et les fleurs sont astringentes, hémostatiques et expectorantes. Le lamier blanc (ortie blanche) est réputé pour son action contre les pertes blanches, diarrhée, dysenterie, métrorragie, hémorragie, hémorroïdes, anémie et en usage externe pour les soins des cheveux. ses propriétés astringentes dues à des tanins catéchiques la rendent active dans la séborrhée du cuir chevelu.

DSC02233

Utilisation :

En usage externe : infusion 25 gr par litre d'eau.

En infusion de feuilles comme anti-infectieux de la muqueuse vaginale.

Les jeunes feuilles sont comestibles et peuvent être consommées en salades ou être cuisinées comme des légumes.


Noyer

Arbre dont on utilise les feuilles. ( Juglans regia ).

Le noyer est à la fois dépuratif tonique et astringent, il aide contre le rachitisme, les maladies osseuses, la dyseptie, l'atonie digestives, la nausée, le diabète, la diarrhée, leucorrhées, l'angine, l'anémie.

DSC02897

Utilisation :

Une poignée de feuilles par litre d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes et boire à volonté.

En usage externe : Contre l'impétigo, les abcès , ulcères, plaies, engelures, chute des cheveux et conjonctivite.

En décoction : 50 gr de feuilles pour 1 litre d'eau en lotion ou en compresse sur abcès, ulcères, plaies, engelures, chute de cheveux.

Le vin de noix : Faire macérer pendant trois mois 500gr d'écorce de noix verte dans un litre d'eau de vie, filtrer, rajouter 3 litres de vin et sucrer. Prendre un verre avant les repas.


Pâquerette

Plante vivace des prairies dont on utilise les fleurs et les feuilles. ( Bellis perennis ).

La pâquerette est souvent prescrite pour l'hypertension et l'artériosclérose.

également pour l'asthme, bronchite, laryngite, toux, asthénie, insomnie, rhumatismes, angine.

Et en usage externe : hématomes, brûlures, furoncles, ulcérations, entorses.

DSC01983

Utilisation :

En infusion, une cuillère à café par tasse d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes. 3 tasses par jour.

En décoction, 20 gr de fleurs et de feuilles séchées dans 1 litre de vin, faire bouillir 5 minutes, filtrer, 2 verres par jour contre la bronchite.

En compresse trempée dans une décoction, 150gr de fleurs et de feuilles séchées pour 1 litre d'eau, faire bouillir 5 minutes, à appliquer sur les furoncles.


Pensée

Plante vivace des dont on utilise les fleurs, la plante fleurie et le suc frais. ( Viola tricolor ).

La pensée est utilisée comme dépuratif décongestionnant et pour un grand nombre d'affections cutanées et également contre l'indigestion, l'artériosclérose, les rhumatismes et l'adénome prostatique.

DSC03072

Utilisation:

En usage externe : Contre l'acné, dartre, eczéma, psoriasis, urticaire, herpès, teigne et impétigo.

En décoction : Une cuillère à café par tasse d'eau, faire bouillir puis infuser 10 minutes et boire 3 tasses par jour.

En compresse : Avec une infusion de 60 gr par litre d'eau.


Pissenlit

Plante vivace commune que l'on utilise entière. ( Taraxacum officinale ).

Le pissenlit est dépuratif, utile en cas d’insuffisance hépatique, goutte, artériosclérose, hyper-cholestérol, constipation, cellulite, asthénie.

En usage externe pour les verrues, taches de rousseur, dermatose.

DSC01980

Utilisation :

En décoction, une poignée pour un litre d'eau, faire bouillir 2 minutes puis infuser 10 minutes. Une tasse avant chaque repas.

Pour faire disparaître les taches de rousseur : Faire bouillir une poignée de fleurs pendant 1/2 heure, filtrer et appliquer en lotion du visage matin et soir.

A manger sans modération, les jeunes feuilles de pissenlit sont particulièrement appréciées en salade.

En lotion pour tonifier la peau avec une décoction de racines, à raison de 60gr par litre, faire bouillir 30 minutes et laisser infuser 2 heures.

En sirop : Mettez quelques poignées de fleurs de pissenlit dans un litre d'eau froide, chauffez lentement jusqu'à ébullition, laissez refroidir et macérer toute une nuit, égouttez les fleurs, bien presser et gardez que le jus, ajoutez 1 kg de sucre et 1/2 citron coupé en rondelles, faire cuire à tout petit feux sans couvrir jusqu'à la consistance d'un sirop.

Café de racines de pissenlit: Récoltez les racines, bien nettoyer à l'eau, découper en fines rondelles et les torréfier. Mettre au four à 120 degrés pendant environ 45 minutes, moudre et utiliser comme le café en grain.   

Attention : la plante peut être contaminée par la douve du foie, comme le cresson, et ne doit donc pas être consommée crue en cas de risque dû à la proximité de pâturages.


Souci

Plante commune des jardins dont on utilise les pétales. ( Calendula officinalis ).

Le souci est surtout employé de façon externe comme antiseptique cicatrisant pour soigner les affections de la peau, Blessures, brûlures, démangeaisons, coups de soleil, verrues, piqures d'abeille.

Mais aussi en infusion pour de nombreuses affections : sudorifique et diurétique contre la grippe, la fièvre, les douleurs rhumatismales, la goutte, douleur articulaires, comme anti-inflammatoire et cicatrisant contre les gastrites, l'entérite, les ulcérations des muqueuses de l'estomac et de l'intestin, colite, comme stimulant et décongestionnant contre les troubles hépatiques, l'insuffisance biliaire, les calculs, la jaunisse, comme emménagogue et antispasmodique contre les règles douloureuses ou irrégulières.
Et également contre l’hyperménorrhée, hypertension, ulcère de l'estomac et du duodénum.
En usage externe : Impétigo, cors, durillons, abcès, furoncles, brûlures, dartre, piqures, gerçures, couperose, tendinites.

DSC02179

Utilisation :

On utilise les fleurs séchées.

Teinture : Recouvrir les fleurs bien tassées de 3 fois leur volume d'alcool à 40, laisser macérer pendant 10 jours, filtrer, mettre dans un flacon bien bouché au frais et à l'obscurité.

Un simple onguent peut être fait en broyant des fleurs fraîches et en les mélangeant à de l'huile d'olive.

En poudre : Sécher et broyer les fleurs (peut être mélanger à du talc).

En infusion : Une cuillère à dessert par tasse d'eau bouillante laisser infuser 10 minutes , 3 tasses par jour. anti-inflammatoire, hypotenseur, spasmolytique, immunostimulant et hypocholestérolémiant.

En crème : Recouvrir des pétales fraîches d'huile d'olive, laisser macérer pendant 3 semaines, filtrer, mettre au bain-marie, ajouter du beurre de karité pour obtenir la consistance désirée.


Sureau

Arbuste dont on utilise les feuilles, les fleurs et les baies. ( Sambucus nigra ).

Le sureau est diurétique en cas de lithiase urinaire, aide contre  la cystite et la goutte. Il est utilisé contre les rhumatismes en cas de grippe, rhume, fièvre et également contre les bronchite, l'asthme et la constipation.

DSC02363

Utilisation :

En usage externe : En bains oculaires, conjonctivite, orgelet, engelures, brûlures et maladie de la peau.

Les baies fraiches, ou desséchées  sont purgatives, presser les fruits pour en extraire le suc, en prendre 20 à 30 gr dans la matinée.

En infusion : Une poignée de fleurs par litre d'eau bouillante, laisser infuser 10 minutes et boire à volonté en cas de cathare pulmonaire, bronchite, fièvres, rhumatismes et goutte. Pour tenter de stopper l'évolution d'un rhume dès ses premiers symptômes, prendre une tasse d'infusion concentrée très chaude.

En décoction : 50gr de fleurs pour 1 litre d'eau, faire bouillir 5 minutes et laisser infuser 5 minutes. En inhalation, contre le rhume de cerveau, l'enrouement, la laryngite, en lotion contre la conjonctivite et en compresse contre les engelures.  

En sirop : Le sirop de fleur de sureau. Prendre 10 ombelles et détacher les fleurs de la partie verte pour éviter d'avoir un gout amer. Mettre les fleurs dans un récipient, verser 1 litre d'eau bouillante, ajouter le jus d'un citron, couvrir et laisser macérer pendant 4 jours en remuant de temps en temps, filtrer, ajouter 1 kg de sucre en portant à ébullition, retirer du feu puis ajouter le jus de 10 citrons, bien mélanger et mettre en bouteille.

 


 

PREPARATIONS GALENIQUES

 

Alcoolat : Liquide incolore qu'on obtient en faisant macérer des plantes fraiches dans de l'alcool.

Alcoolature : Liquide coloré obtenue par macération de plantes fraiches dans de l’alcool. L'alcoolature faite à partir de feuilles prend une couleur verte. celle qui provient des racines est brune. Les enzymes qu'elles contiennent étant toujours actifs, les alcoolatures  se conservent mal et doivent être utilisées rapidement. On les  préfère aux alcoolats lorsque les principes actifs de la plante ne supportent pas la chaleur de la distillation.

Cataplasme : Préparation de la plante assez pâteuse pour être appliquée sur la peau dans un but thérapeutique. La plante peut être broyée hachée à chaud ou à froid ou mélangée à de la farine de Lin pour obtenir la bonne consistance. Le cataplasme classique à la farine de Lins se prépare avec de l'eau dans laquelle on délaye à froid de la farine de Lin. On fait cuire doucement en remuant constamment pour obtenir la consistance voulue. Il doit servir de support aux substances qui seront déposées à la surface au moment de l'application.  (farine de moutarde, poudre de guimauve...)

Compresse : Application durable d'une gaze ou d'un linge sur la partie du corps à soigner. La gaze a préalablement été imbibée de la préparation qu'on veut employer.

Crème : Mélange onctueux, semi-liquide, produit naturellement par certaines plantes sous forme de latex? mais plus souvent préparé en diluant des principes actifs dans un substrat de glycérides. on étale les crèmes sur la peau par friction. Elles pénètrent dans l'épiderme.

Décoction : Placer la plante dans l'eau froide portée à ébullition de 10 à 30 minutes.

Élixir : On l'obtient en faisant macérer des plantes, ou des extraits de plantes, dans une solution contenant principalement de l'alcool et du sucre. Certains élixirs sont préparés à partir d'alcoolats. d'autres contiennent des vins médicinaux.

Emplâtre : Plus adhérente que la crème, cette présentation semi-solide se façonne selon les contours de la partie du corps où elles est appliquée. L’emplâtre contient des graisses, de la résine, parfois de la cire.

Enveloppement : Compresse qui entoure tout un membre ou une partie du corps. On le fait avec une bande de gaze imprégnée de solution médicamenteuse.

Extrait : Solution qui recueille une partie des principes actifs de la plante soumise à traitement. D'abord la plante est séchée ou réduite en poudre. On lave la drogue, ou sa poudre, avec un solvant (eau, alcool, éther) qui en retire les principes solubles. Ce procédé, qui s'appelle la lixiviation, est classiquement utilisé pour faire du café : On fait passer de la vapeur d'eau ou de l'eau bouillante au travers des graines moulues. Ensuite, on fait évaporer la solution obtenue jusqu'à la concentration désirée.

Extrait fluide : C'est un extrait où l'évaporation de la solution est arrêtée à un faible degré de concentration.

Extrait mou : L'évaporation de la solution, plus forte ici que dans l'extrait fluide, laisse comme résidu une sorte de pâte molle. Le café se sert parfois ainsi en Amérique du Sud.

Fomentation : Variété de compresse ou de cataplasme maintenue quelques minutes seulement sur la peau.

Fumigation : Utilisation de vapeurs chargées des principes actifs de la plante. On peut ainsi faire bouillir des feuilles d'eucalyptus dans une pièce qu'on veut désinfecter. La fumée de certains végétaux qu'on brule lentement comme de l'encens peut aussi servir aux fumigations . C'est le cas de la fumée de baies de genévrier. 

Gargarisme : Préparation liquide dont on se rince la bouche, la gorge, le pharynx, les amygdales et les muqueuses. Il sert à désinfecter ou à calmer. Le gargarisme ne doit jamais être avalé.

Huile médicinale : Les fruits et les graines de nombreuses plantes donnent, lorsqu'on les presse, de l'huile végétale, à ne pas confondre avec l'huile essentielle, qui n'est pas un corps gras. On peut y faire macérer des racines et des drogues séchées pour réaliser des huiles médicinales. Certaines sont utilisées en friction, d'autres sont absorbées par voie orale.

Hydrolat : Liquide qu'on obtient en faisant macérer des plantes fraîches ou sèches dans de l'eau, puis en distillant la solution. L'eau de rosé, ainsi préparée par distillation, est un hydrolat.

Hydrolé : Liquide qu'on obtient en faisant dissoudre dans de l'eau une substance médicamenteuse. C'est une solution. L'eau de fleurs d'oranger, préparée par dissolution dans de l'eau d'une essence tirée de ces fleurs, est un hydrolé et non un hydrolat.

Infusion : Environ 1 cuillerées de plantes par tasse d'eau bouillante. Laisser infuser 10 minutes. Consommer de 1 à 3 tasses par jour.

Inhalation : Variété de fumigation dans laquelle le malade hume directement les vapeurs thérapeutiques en plaçant sa tête au-dessus du récipient où l'extrait de plante aromatique se dissout dans de l'eau presque bouillante. On fait des inhalations pour dégager les sinus et les voies respiratoires supérieures.

Injection : Introduction d'un liquide dans les cavités naturelles (oreilles, nez, vagin, etc.) soit directement, soit au moyen d'une seringue ou d'une canule. Le liquide injecté est généralement une infusion ou une décoction préalablement tiédie.

Intrait : C'est une variété d'extrait physiologique végétal. Pour le faire, on doit utiliser des plantes fraîches qu'on stabilise à la vapeur d'eau ou d'alcool et qu'on fait ensuite sécher sous vide. Ces plantes stabilisées conservent ainsi toutes leurs qualités. On leur fait ensuite subir le même traitement qu'aux drogues ordinaires : on les lave à l'eau ou à l'alcool et on soumet à évaporation la solution obtenue. L'extrait qui en résulte est appelé intrait ; il possède les qualités de la plante fraîche. C'est une préparation couramment utilisée pour la valériane, le marron d'Inde.

Lait : Liquide obtenu lorsqu'on pile des graines oléagineuses dans de l'eau. On fait ainsi du lait d'amandes.

Liniment : Mélange hétérogène, de consistance molle, contenant souvent de l'huile et de l'alcool. Pour soulager les rhumatismes, les douleurs musculaires et les traumatismes, on en frictionne localement la peau.

Lotion : Préparation liquide dont on lave rapidement l'épiderme aux endroits irrités. On l'applique avec de l'ouate. Il existe des lotions spéciales pour le cuir chevelu.

Lavement : Introduction d'un liquide dans l'intestin au moyen d'une canule rectale reliée à une poire à lavement. Il a le plus souvent un effet purgatif, parfois émollient ou astringent.

Macération : Mettre la plante à froid dans un liquide (vin, eau, alcool, huile). Le temps de macération dépend de la plante rarement plus de 10 heures en général.

Mellite : Substance onctueuse qu'on prépare en faisant macérer des plantes dans du miel ou en faisant cuire un mélange de miel et d'hydrolé. Le miel rosat est une mellite : on ajoute à du miel une infusion astringente de pétales de rosés rouges ; il est employé comme gargarisme.

Mixture : Mélange de liquides médicamenteux qui agissent en synergie, chacun renforçant l'action des autres. On mélange ainsi les plantes douées des mêmes propriétés pour en faire des « espèces » : les espèces antispasmodiques, par exemple, peuvent regrouper dans une même mixture de la valériane, de la fleur d'oranger, de l'achillée millefeuille.

Onguent : Préparation crémeuse qu'on étale par friction. C'est un mélange où les principes actifs sont dissous dans des corps gras.

Parfum : On utilise les essences végétales de certaines plantes aromatiques pour préparer des parfums. Certains ont des propriétés antiseptiques.

Pâte : C'est un mélange de consistance molle, préparé avec du sucre et de la gomme arabique. On y ajoute des principes actifs selon le but thérapeutique recherché.

Pommade : Crème épaisse où les principes actifs sont dissous dans des corps gras pour faciliter la répartition sur l'épidémie.

Potion : Liquide destiné à être bu où l'on a fait entrer les principes actifs de la plante, par extrait, infusion ou macération.

Poudre : On la fabrique en broyant les plantes desséchées, ou leurs parties actives, à l'aide d'un moulin ou d'un mortier. Les poudres peuvent servir à faire des extraits, être délayées dans de l'eau ou être mélangées à la nourriture.

Shampooing : Préparation qu'on mélange à de l'eau pour laver les cheveux et le cuir chevelu. Certains shampooings sont antiseptiques et antiséborrhéiques.

 

Sirop : Préparation destinée à être bue. On l'obtient en faisant cuire une infusion ou une macération à laquelle on a rajouté du sucre et parfois un aromatisant.

Solution : Mélange liquide où les principes actifs de la plante sont dissous dans un solvant approprié (eau, alcool, huile, éther, etc.).

Suc : Liquide qu'on obtient par simple écoulement de la sève à l'extérieur du tronc, ou lorsqu'on presse les fruits, les feuilles ou la tige.

Teinture alcoolique : On la prépare en faisant dissoudre dans de l'alcool des substances médicamenteuses. On peut aussi faire macérer des plantes dans de l'alcool . Les teintures végétales sont dosées à raison d'une partie de substance végétale pour cinq parties d'alcool.

Vin toniques : On prépare des vins médicinaux en faisant macérer des écorces, des racines ou des feuilles de certaines espèces dans du vin. On fait ainsi du vin de cannelle, de quinquina, de gentiane, et d'autres.


 

Ancolie

Les Ancolies, sont des fleurs du genre Aquilegia, sont des renonculacées vivaces.

DSC02200

L'ancolie est aussi appelée Gant de Bergère, Gant de Notre-Dame, Cornette, Aiglantine, Colombine ou encore Tourette.


Achilée

Les achillées regroupe diverses plantes de la famille des Astéracées dont la plus connue est l'achillée millefeuille. Le nom du genre correspond au latin achillea, l'herbe d'Achille : lorsqu'au siège de Troie, Achille fut mortellement blessé au talon par la flèche de Pâris, la déesse Aphrodite, en larmes, lui conseilla d’utiliser cette plante pour calmer ses souffrances. Ainsi naquit l’Achillée, souveraine contre les blessures à l’arme blanche. Achille a également blessé Télèphe accidentellement, et le guérit à l'aide de l'achillée millefeuille.

DSC03085

L'achilée jaune a une odeur dès plus agréable à mon gout.

L'achilée millefeuille a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.


Belle-de-jour

La Convolvulus tricolor ou, plus communément appelé Belle-de-jour ou liseron tricolore. Belle-de-jour est le nom commun de plantes de la famille des convolvulacées, dont les fleurs ne s’ouvrent que pendant le jour. Les belles-de-jour appartiennent aux genres Convolvulus et Ipomoea.

DSC02025

C'est une plante annuelle à fleurs diurnes (ouvertes seulement le jour). Elle est cultivée comme plante ornementale.

DSC02024

La fleur s'ouvre le matin et se ferme le soir. Elle reste épanouie environ 12 h puis fane. La floraison se poursuit avec de nouveaux boutons tout l'été.

DSC02026


Bleuet

La Centaurea montana ou, plus communément appelée Centaurée des montagnes, Bleuet des montagnes, ou le Bleuet vivace est une plante herbacée vivace de la famille des Astéracées. La plante est parfois appelée Barbeau des montagnes, Bleuet de montagne, Jacée de montagne ou Jacée des montagnes.

DSC03053

Elle peut être utilisé en cuisine, ou en phytothérapie (ce référer à la catégorie phytothérapie).

DSC00052


Bourrache

La Borago officinalis ou, plus communément appelé Bourrache ou Bourrache officinale est une plante annuelle de la famille des Boraginacées.

DSC02027

Les jardiniers apprécient son effet répulsif sur les limaces.

La bourrache est une excellente plante mellifère "nectarifères" produisent du nectar, substance liquide très sucrée récoltée par les insectes butineurs et les oiseaux nectarivores.

DSC02165

Elle peut être utilisé en cuisine, ou en phytothérapie (ce référer à la catégorie phytothérapie). La bourrache a des propriétés hépatotoxiques dangereuses (augmentent le risque de tumeurs au foie).

Il est donc déconseillé de consommer la bourrache, particulièrement de manière régulière et prolongée.


bouton-d'or

Les renoncules ou, plus communément appelé bouton-d'or sont des plantes herbacées, annuelles ou vivaces, de la famille des Renonculacées comportant près de 1 500 espèces.

DSC01974

Ce sont des plantes toxiques. Les renoncules renferment des principes actifs âcres, dont l'ingestion provoque une sensation de brûlure dans la gorge, puis des nausées et une violente inflammation de l'intestin.

Une fois séchée, la plante est moins toxique (en tout cas pour le bétail). C'est pourquoi sa présence dans le foin bien sec, bien que non conseillée, n'est pas trop dangereuse.


Camomille

La camomille est une plante herbacée vivace de la famille des Astéracées.

Camomille sauvage

La Matricaria recutita ou, plus communément appelée Camomille sauvage, Matricaire camomille, Petite Camomille,  est une plante herbacée annuelle de la famille des Astéracées et du genre Matricaria. Elle est parfois appelée Camomille allemande, Camomille vraie ou Matricaire tronquée.

DSC02696

C'est une plante médicinale utilisée depuis l'Antiquité gréco-latine, appelée simplement « camomille » en herboristerie.

Elle ne doit pas être confondue avec deux autres plantes médicinales, appelés aussi localement « camomille » : la grande camomille Tanacetum parthenium et la camomille romaine Chamaemelum nobile .

Grande camomille

DSC02688

Camomille romaine Ligulosa

DSC02694

La camomille a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Capucine

La Tropaeolum majus ou, plus communément appelée Grande Capucine ou Capucine est une plante herbacée annuelle ou vivace de la famille des Tropaéolacées et du genre Tropaeolum. Cette plante ornementale et comestible.

DSC02682

Elle a été introduite en France en provenance du Pérou à la fin du XVIIe siècle. Dans son pays d'origine, le Pérou, la capucine est pollinisée par les oiseaux-mouches. En Europe, les bourdons s'acquittent de cette tâche. Mais la fleur secrète son nectar tout au bout d'un interminable éperon. Certains bourdons, dont la langue est trop courte, n'hésitent pas à percer un trou sur le côté pour accéder au nectar.

En gastronomie, les feuilles et les fleurs de la grande capucine sont ajoutées crues aux salades, sauces et mayonnaise. Elles ont une saveur piquante et aromatique qui n'est pas sans rappeler celle du cresson alénois. Les boutons floraux et les jeunes fruits sont parfois conservés dans du vinaigre et ont eux aussi un goût piquant. De cette manière, il est possible de faire un semblant de câpres.

La capucine a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Coquelicot

Le Papaver rhoeas ou, plus communément appelé coquelicot est une espèce de plantes dicotylédones de la famille des Papaveraceae.

DSC02711

Le coquelicot a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Digitale

Les digitales forment le genre Digitalis, soit environ vingt espèces de plantes herbacées classiquement placées dans la famille des Scrofulariacées. Les études récentes situent désormais ce genre dans les Plantaginacées.

Le nom provient du latin digitus c'est-à-dire « doigt », et se réfère à la facilité avec laquelle la fleur peut s'adapter à l'extrémité d'un doigt humain.

DSC02176

Ces plantes peuvent être très toxiques. L'absorption d'environ 8 g de feuilles s'avère être létale sur un sujet humain de corpulence moyenne.


Douce-amère

La Solanum dulcamara ou, plus communément appelée Douce-amère ou Morelle douce-amère est une plante de la famille des Solanacées.

DSC02398

Attention les baies sont toxiques, l'ingestion des baies provoquerait douleurs abdominales, vomissements et céphalées ( mal de tête).

DSC03166


Églantier

Le Rosa canina ou, plus communément appelé Rosier des Chiens, Rosier des haies ou Églantier des chiens , est une espèce d'arbrisseaux épineux de la famille des rosacées

DSC02672

C'est une espèce de rosier botanique présentant de nombreux écotypes, toujours à fleurs simples. Il est utilisé comme porte-greffe pour des variétés de roses améliorées. Certains de ses hybrides sont des rosiers cultivés.

L'églantier a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Julienne des dames

La Hesperis matronalis ou, plus communément appelée julienne des dames est une plante à fleurs pourpres, parfois blanches, de la famille des Brassicaceae. Elle est connue aussi sous les noms de girarde, giroflée des dames, violette de Damas, cassolette beurrée, aragone.

DSC02338

Le terme Hesperis vient du grec hesperos "soir", en raison de l'agréable parfum que diffusent ses fleurs en fin de journée. Le terme matronalis signifie en latin "dames".


Kniphofia

Le Kniphofia uvaria ou, plus communément appelé tritome à longues grappes est une plante vivace originaire de la province du Cap en Afrique du sud facilement reconnaissable avec ses fleurs rouges, orange et jaunes réunies en grappes denses au sommet de hampes sans feuilles.

DSC02069

On en connaît environ soixante-dix espèces et nombre d'entre elles, par hybridation et sélection, ont donné les multiples cultivars actuels.

DSC02062


Lierre terrestre

Le Glechoma hederacea ou, plus communément appelé  gléchome lierre terrestre, glécome lierre terrestre, lierre terrestre ou lierre terrestre commun est une espèce de plantes de la famille des lamiacées, dont les menthes font partie. Elle est parfois appelée courroie de saint Jean.

DSC02422

Le lierre terrestre a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Liseron

le Liseron est un nom commun ambigu désignant en français certaines plantes herbacées vivaces à rhizome plus ou moins charnu, de la famille des Convolvulaceae du latin convolvere, « s'enrouler », à tiges volubiles et feuilles en forme de flèche.

DSC03104

En France les espèces présentes appartiennent notamment aux genres Calystegia comme le liseron des haies ou Convolvulus comme le liseron des champs.

Le liseron a un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Lupin

Le Lupinus ou, plus communément appelé lupin constituent un genre de plantes de la famille des Fabaceae, ou légumineuses, regroupant de très nombreuses espèces. Ce sont des espèces annuelles ou vivaces, herbacées ou ligneuses, de l'Ancien et du Nouveau monde. Elles se caractérisent notamment par la richesse en protéines de leurs graines (jusqu'à 50 %), mais beaucoup de ces espèces sont toxiques, du fait de la présence d'alcaloïdes, notamment dans les graines.

DSC02699

Certaines sont cultivées depuis plus de 4 000 ans pour leur graines, pour l'affouragement des animaux d'élevage mais aussi pour leur capacité à améliorer les sols et comme plantes ornementales.

DSC02737


Mélisse

La Mélisse officinale (Melissa officinalis) est une plante herbacée vivace de la famille des Lamiacées. Son nom vient du grec melissophullon qui signifie « feuille à abeilles ».

On l'appelle aussi Mélisse citronnelle ou simplement Citronnelle, à ne pas confondre avec la Citronnelle (Cymbopogon citratus)

DSC02053

Plante vivace à tiges dressées à section carrée. La mélisse a des petites feuilles ovales gaufrées et dentelées qui exhalent un parfum doux et citronné quand on les froisse.

Cette plante aromatique a un feuillage vert vif et une odeur citronnée.d'aspect elle peut se confondre avec la menthe.

Elle peut être utilisé en cuisine, sous forme de tisane ou en phytothérapie (ce référer à la catégorie phytothérapie).

DSC01973


Myosotis

Le Myosotis est un genre de plantes herbacées de la famille des Boraginaceae. Parmi les noms communs on trouve : grémillet , scorpione, herbe d'amour, oreille-de-souris. Ce dernier nom est d'ailleurs le sens du mot myosotis en grec, et correspond donc à l'origine étymologique du nom.

Myosotis

Mais le myosotis est surtout surnommé par des phrases poétiques amoureuses :  aimez-moi, souvenez-vous-de-moi, plus je vous vois, plus je vous aime, pensez à moi et le plus utilisé : ne m'oubliez pas.


Muflier

Le Antirrhinum majus ou, plus communément appelé Grand Muflier, Muflier à grandes fleurs, Gueule-de-loup ou Gueule-de-lion est une plante herbacée ou arbustive annuelle de la famille des Scrofulariacées selon la classification classique ou des Plantaginacées selon la classification phylogénétique.

DSC02207

La forme singulière de la fleur est à l'origine du nom Gueule-de-loup de la plante puisque, lorsque l'on pince les côtés de la fleur, celle-ci s'ouvre comme une gueule.

DSC02208


Nénuphar blanc

Nymphaea alba ou, plus communément appelé le nénuphar blanc ou nénufar blanc est une plante herbacée vivace de la famille des Nymphaeaceae.

DSC02736

La plante a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).

Le Nénuphar rose :


Nigelle de Damas

Nigella damascena ou, plus communément appelée nigelle de Damas ou cheveux de Vénus est une plante annuelle de la famille des Ranunculaceae

DSC02183

Les graines de la nigelle de Damas – contrairement à celles de la nigelle cultivée – seraient toxiques.

DSC02298


Ortie

Les orties (Urtica) sont un genre de la famille des Urticacées qui regroupe une trentaine d'espèces de plantes herbacées à feuilles velues. On en trouve 11 en Europe dont 5 en France.

Les espèces les plus communes sont la grande ortie (Urtica dioica, 50 cm à 1 mètre, vivace) et l'ortie brûlante (Urtica urens, moins de 50 cm, annuelle).

DSC02234

Les orties poussent sur les sols riches.

La plante est recouverte de poils urticants.

Les fleurs mâles et femelles sont séparées, soit sur le même pied (plantes monoïques) soit sur des pieds différents (plantes dioïques).

DSC02229

Depuis le Moyen-Age les orties sont utilisées pour fabriquer des cordages ainsi que des vêtements.

L'ortie permet la fabrication de purin d'ortie. Il sert de fongicide (contre le mildiou), d’insecticide (contre les pucerons et acariens) et d’activateur ou de régulateur de croissance des végétaux.

Hachée crue, l'ortie peut être donnée aux volailles ; jeune et soumise à dessiccation (séchage) elle peut être donnée au bétail qui l'apprécie.

Les orties sont comestibles. Elles sont excellentes en soupe, soufflés ou en remplacement des épinards, y compris en pizzas.

La grande ortie et l'ortie brûlante (feuilles et racines) sont reconnues comme faisant partie des plantes médicinales les plus utiles et les plus efficaces.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Ortie blanche ( Lamier blanc )

Lamium album ou, plus communément appelé ortie blanche ou lamier blanc  est une espèce de plante herbacée de la famille des Lamiaceae.

DSC02233

Malgré son nom vernaculaire d'« ortie blanche », ce n'est pas une ortie véritable (genre Urtica). Elle ne pique pas. Les fleurs blanches et la tige à section carrée permettent de la distinguer sans équivoque.

Les jeunes feuilles sont comestibles et peuvent être consommées en salades ou être cuisinées comme des légumes.

La plante a également un certain nombre d'utilisations en phytothérapie.(ce référer à la catégorie phytothérapie).


Ortie puante

La Stachys sylvatica ou, plus communément appelée épiaire des bois ou ortie puante est une plante herbacée vivace de la famille des Lamiacées.

DSC02452

Les feuilles froissées dégagent une odeur très désagréable évoluant vers un arôme proche du cèpe.

En raison de son goût de cèpe, on peut l'utiliser pour finir et assaisonner des plats de champignons. Pousses et feuilles font un excellent potage, ainsi que crues en salades. Mais on peut aussi l’utiliser blanchie, en légume d’accompagnement avec du poisson.

DSC02450


Pâquerette

Bellis perennis ou, plus communément appelé Pâquerette est une plante vivace de la famille des Astéracées.

DSC01983

La pâquerette est haute de dix à vingt centimètres. Ses fleurs naissent sur des inflorescences appelées capitules. Celles du pourtour, qui ont l'aspect de pétales, sont appelées fleurs ligulées, parce qu'elles ont la forme d'une languette, ou demi-fleurons. Ce sont des fleurs femelles ; leur couleur varie du blanc au rose plus ou moins prononcé. Celles du centre, jaunes, appelées fleurs tubuleuses, parce que leur corolle forme un tube, ou fleurons, sont hermaphrodites. Ainsi, ce qu'on considère ordinairement comme une fleur de pâquerette n'est pas, du point de vue botanique, une fleur unique mais un capitule portant de très nombreuses fleurs.

Elle peut être utilisé sous forme d'infusion en phytothérapie (ce référer à la catégorie phytothérapie).


Pavot

On appelle pavots toutes les papavéracées du genre Papaver, regroupant plusieurs espèces allant du coquelicot au pavot à opium.

DSC02184

Les traces de plants les plus anciennes attestées en Europe datent de plus de quatre mille ans et ont été retrouvées en Suisse.

Les graines sont utilisées en cuisine.


Pensée

La Viola tricolor ou, plus communément appelée Pensée sauvage ou Pensée tricolore est une espèce de plantes herbacées, commune dans toute l'Europe, de la famille des Violaceae. Elle est recherchée pour la délicatesse de sa fleur.

DSC03072

C'est l'ancêtre de la pensée cultivée.

La pensée est utilisée dans la médecine traditionnelle (ce référer à la catégorie phytothérapie).


Pissenlit

le Pissenlit ou Dent-de-lion. Les feuilles (très riches en vitamine C et bêta-carotène), les fleurs et les racines des pissenlits dits « communs » ou « officinaux » sont également consommées en salade ou en soupe. On remarquera que « pissenlit commun » est également une appellation vague qui regroupe plusieurs espèces, qu'il est parfois difficile de différencier.

DSC01980

 Le pissenlit officinal peut être utilisé comme complément à la médecine conventionnelle, de par ses vertus diurétiques (d'où son autre nom vernaculaire le Pisse-au-lit) et dépuratives. (ce référer à la catégorie phytothérapie).

DSC01981


 Souci

Le Calendula officinalis ou, plus communément appelé souci ou souci officinal  est une espèce de plantes herbacées pérenne à courte vie souvent cultivée comme annuelle, à fleurs jaunes ou jaune orangé, dont la floraison commence aux premiers jours du printemps et peut durer presque toute l'année.

DSC02056

L'origine du nom français vient du bas latin solsequier, qui signifie « qui suit le soleil » car les inflorescences du souci s'ouvrent à l’ascension de l'astre du jour.

Ses graines survivent à des froids importants (-25 °C).

DSC02179

Le souci est une plante tinctoriale, d'utilisation domestique. Il fournit une couleur jaune crème, obtenue par une décoction de ses fleurs. Le souci fournit aussi une source de colorant alimentaire non toxique.

DSC01982

Le souci est utilisé dans la médecine traditionnelle (ce référer à la catégorie phytothérapie).


Valériane rouge

Le centranthe rouge ou, plus communément appelé  lilas d'Espagne ou valériane rouge est une plante herbacée vivace de la famille des Valérianacées Famille parfois agrégée aux Caprifoliacées.

DSC02266

C'est une espèce thermophile qui s’accommode des sols très secs. Elle croît sur les rocailles, éboulis, sur les vieux murs ou les rochers ensoleillés. Elle est assez indifférente à la composition chimique des sols.

gDans cette catégorie, insectes, proies et prédateurs du jardin sont présentés...

Araignée courge

L'Araniella cucurbitina ou, plus communément appelée  Araignée courge ou Épeire concombre est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Araneidae.

DSC02352

Les mâles mesurent de 3,5 à 4,5 mm et les femelles de 4,5 à 9,5 mm.

Son abdomen est vert pistache avec 4 points noirs sur les côtés, ce qui permet de la distinguer de ses cousines. Les adultes portent une tache rouge à l'extrémité inférieure de l'abdomen.

DSC02346

Le camouflage de l'araignée courge change avec la couleur de la végétation. À leur naissance, en automne, les jeunes sont de couleur rouge brique puis virent au brun sale pendant l'hiver. La coloration verte apparaît au printemps, à l'âge adulte.

Sa toile, géométrique mais de forme irrégulière, a une dizaine de centimètres de diamètre. Elle comporte entre 15 et 30 rayons. L'araignée se tient généralement au milieu dans l'attente d'une proie.

Le mâle ne s'approche de la femelle que pour l'accouplement. Il doit disparaître rapidement après la fécondation pour éviter d'être dévoré par sa partenaire dont les besoins alimentaires augmentent lors de la ponte. Lorsque la nourriture est abondante ce phénomène est plus rare.


Bourdon noir

Les Xylocopes (Xylocopa) ou, plus communément appelées abeilles charpentières car elles creusent leur nid dans le bois. Certaines espèces du genre sont parfois appelées bourdon bleu ou bourdon noir. Les Xylocopes sont un genre d'insectes hyménoptères de la famille des apidés (les abeilles vraies), le seul genre de la tribu des Xylocopini.

Le bourdon noir :


Brèche

La Cucullie du bouillon blanc, anciennement Cucullia verbasci, encore appelée la Brèche, est une espèce de papillons de la famille des Noctuidae, de la sous-famille des Cuculliinae.

DSC02243


Canard

Canard est un terme générique qui désigne des oiseaux aquatiques, aux pattes palmées, les palmipèdes et au bec caractéristique, domestiqués ou non. Ils font pour la plupart partie de la famille des anatidés. Ce mot désigne des espèces qui ne portent pas nécessairement un nom commun contenant le terme canard. En effet, certaines espèces qualifiées de canards sont désignées par des noms vernaculaires ( nom commun ) comportant des termes comme dendrocygnes, sarcelles, tadornes ou brassemers. Le canard le plus connu du grand public est le Canard colvert dont sont issus de nombreux canards domestiques.

Sarcelle

Sarcelle est le nom commun donné en français à certains canards de surface de petite taille, mais la distinction sarcelle/canard semble assez subjective.
La CINFO limite cette appellation à 20 espèces et sous-espèces du genre Anas.

DSC02334

Les sarcelles de mon voisin en cavale ayant repéré ma mare encore inachevée ...

DSC02221


cercope sanguin

Le Cercopis vulnerata ou, plus communément appelé le cercope sanguin, est un insecte hémiptère commun en Europe et facilement reconnaissable grâce à ses couleurs vives, noir et rouge.

DSC02255

On le trouve sur des plantes ligneuses ou herbacées, principalement dans les régions boisées, cet insecte de type suceur se nourrit de la sève.

DSC02258

La larve est de teinte blanchâtre et se couvre pour se camoufler et se protéger, d'un amas spumeux (comme une écume ou mousse), appelé communément « crachat de coucou » ou « écume printanière ». Pour produire ce phénomène, la larve propulse de l'air dans les déjections qu'elle rejette, ce qui a pour effet de les transformer en cet amas d'écume qui va la protéger d'éventuels prédateurs et lui assurer une humidité constante.


Cétoine dorée

La Cetonia aurata ou, plus communément la Cétoine dorée ou « Hanneton des roses » est un insecte coléoptère de la famille des Cetoniidae. Elle est commune en Europe.

DSC02225

Les adultes mesurent entre 13 et 20 mm.

Cette espèce présente une grande variation chromatique, souvent d'une couleur vert métallisé plus ou moins vive, elle est parfois teintée de rouge.

DSC02495


Chat

Le Felis silvestris catus ou, plus communément appelé  le chat domestique est la sous-espèce issue de la domestication du chat sauvage, mammifère carnivore de la famille des félidés.

Voici Léon, le chat du voisin se reposant sur des bottes de paille.


Coccinelle

Les Coccinellidae, en français coccinellidés, sont une famille d'insectes de l'ordre des coléoptères, plus communément appelé coccinelle, ou bêtes à bon Dieu.

DSC01971

Les coccinelles figurent parmi les insectes utilisés par l'homme : beaucoup d'espèces se nourrissent en effet de pucerons et sont donc utilisées comme insecticide naturel. Selon la croyance populaire, le nombre de taches de la coccinelle dépend directement de son âge ; cette information est erronée.


Crapaud

Le Bufo bufo ou, plus communément appelé Crapaud commun, est une espèce d'amphibiens de la famille des Bufonidae.

Il vit sur terre et rejoint l'eau uniquement pendant la brève période de reproduction. Les sites de ponte sont en priorité des plans d'eau permanents de grandes dimensions, souvent riches en poissons, comme lacs, étangs, bras mort de rivières, mares, rivières, bassins de carrière et sablières, marécages, tourbières etc. Bon marcheur, on peut le rencontrer très loin des plans d'eau.

DSC02089

Le crapaud commun se nourrit principalement d'insectes divers et de petits animaux (limaces, vers de terre, chenilles, cloportes, mille-pattes, petits coléoptères, scolopendres, mouches etc.) qu'il attrape avec sa langue collante. Il mastique sa proie en l'écrasant avec le palais car il ne possède pas de dents. Quand il mange ses yeux se ferment et rentrent dans sa tête.

La période d'hivernage se déroule habituellement d'octobre-novembre à février-mars, dans un site terrestre situé généralement à moins de 500 m du site de ponte. Pour hiverner, il se réfugie dans une cavité à l'abri du gel.

DSC02088

La migration prénuptiale s'effectue principalement par nuits douces. Les crapauds se déplacent en grand nombre vers un point d'eau. Les mâles arrivent en général les premiers et y restent plusieurs semaines. Lors du trajet, certains mâles ayant rencontré des femelles, s'agrippent sur leur dos et ne les lâchent plus jusqu'au site de ponte.

Dans l'eau, la concurrence entre mâles est très forte et les bagarres sont nombreuses. Lorsqu'une femelle arrive dans l'eau, les mâles se jettent sur elle. Souvent, on peut voir cinq ou six mâles s'accrocher les uns aux autres pour essayer de déloger celui qui tient la femelle. Celui qui est en meilleure position fait tout pour repousser les rivaux de ses pattes arrières. Mais lorsque la femelle manifeste les symptômes de la ponte, les intrus abandonnent finalement la lutte et laissent le couple réaliser tranquillement ses objectifs. Leur instinct de reproduction les mène à s'accrocher à d'autres espèces (grenouilles, poissons) et à ne lâcher prise parfois que plusieurs jours après.

Dès que la femelle commence à évacuer ses ovocytes, le mâle l'aide en stimulant l'orifice cloacal de ses orteils et en frappant de petits coups sur ses flancs. Une femelle pond habituellement entre 5 000 et 7 000 œufs. Chaque femelle pondrait tous les deux ans. La maturité sexuelle est atteinte à l'âge de 3 à 7 ans. Il vit une dizaine d'années.


Criocère du lis

Le Lilioceris lilii ou, plus communément appelé Le Criocère du lis est un petit coléoptère de la famille des Chrysomelidae qui est originaire d'Europe.

DSC01920

La femelle peut pondre 450 œufs en une saison, dissimulés  par groupe de 12  le long de la nervure médiane au revers de la feuille de la plante-hôte.L’éclosion survient 6 jours plus tard.

Les jeunes larves se couvrent, collectivement, puis individuellement de leurs excréments.

Ce n'est que quelques stades plus tard que la larve ressemblera à une chenille ventrue rose orangé.

Vingt-quatre jours plus tard, la larve s’enfouit dans le sol pour entamer le stade pupal, dans un cocon composé de salive et de granules de terre.

Pour passer l’hiver, l’adulte se tapit dans le sol, ou dans un endroit frais, humide et sombre. Il en émergera au printemps suivant.

Pyrochroa coccinea

Ce coléoptère est considéré comme une espèce nuisible et/ou potentiellement invasive.

Les adultes, comme les larves, se nourrissent surtout de liliacées pourvues de petites feuilles, dont les lis, les fritillaires et les sceaux de Salomon, mais ils rejettent les hémérocalles.


Dysdera erythrina

La Dysdera erythrina est une espèce d'araignées aranéomorphes de la famille des Dysderidae.

DSC02047

Elles passent la journée enfermées dans une loge de soie placée dans la litière près du sol.

DSC02199

Elles comptent 6 yeux adultes et mesurent de 6 à 20 mm. Les chélicères sont puissantes et proclives afin de percer le corps armuré de leur proies telles que les cloportes et les coléoptères.

DSC02048

La morsure de ces espèces est très douloureuse.


Faucon crécerelle

Le Falco tinnunculus ou, plus communément appelé Faucon crécerelle est une petite espèce d'oiseaux de proie agile de la famille des falconidés. C'est l'un des rapaces les plus communs de France avec la buse variable et le milan noir. Son petit est le fauconneau. C'est un oiseau diurne.

Le Faucon crécerelle,

en chasse :

En vol :


Gastéropodes

Les Gastéropodes « ventre-pied » en grec ancien sont une classe de mollusques caractérisés par la torsion de leur masse viscérale. Ils présentent une très grande diversité de formes mais peuvent se reconnaitre généralement par leur coquille dorsale torsadée.

La plupart des gastéropodes sont hermaphrodites.

Il en existe de nombreuses espèces, dont sans doute beaucoup encore inconnues de la science, les scientifiques ayant décrit en 2004 près de 80 000 espèces sur les 200 000 mollusques répertoriés.

Clausiliidae

Clausiliidae est une famille de petits gastéropodes terrestres:

DSC02093

Oxychilus draparnaudi

DSC02123

Petit-gris

Helix aspersa aspersa, le Petit-gris, est une sous-espèce d'escargot de la famille des Helicidae du genre Helix et de l'espèce Helix aspersa. Très répandu sur la façade atlantique française, il est devenu l'un des symboles des Charentais qui en sont les premiers producteurs français:

DSC02077

Xeropicta derbentina

DSC02046


Gendarme

 Le Pyrrhocoris apterus ou pyrrhocore ou, plus communément appelé le gendarme, punaise rouge, punaise au corps de feu, diable cherche-midi ou cherche-midi, en raison de son attirance pour le Soleil au zénith, est un insecte hémiptère hétéroptère de la famille des Pyrrhocoridae.

DSC02224

L'animal est doté d'un squelette externe dont la cuticule présente des dessins rouge orangé et noirs évoquant un masque de style africain, et qui découragerait certains prédateurs. Cela ressemble aussi à deux paires d'ailes rouges marquées chacune d'un point noir, faisant croire à un insecte prêt à s'envoler.

L'accouplement a lieu principalement au début du printemps et dure entre 12 heures et 7 jours.

La femelle pond de 50 à 70 œufs sur la terre humide, dans un petit terrier qu'elle a creusé à cet effet ou parmi les feuilles mortes. Les œufs de gendarmes sont noirs ou blanc . Leurs larves, rouges ou orange uni éclosent en mai et deviennent adultes au début de l'hiver.


Grenouille

Le terme grenouille est un nom vernaculaire attribué à certains amphibiens, principalement dans le genre Rana. À un de ses stades de développement, la larve de la grenouille est appelée un têtard. Les grenouilles sont des quadrupèdes de l'ordre des anoures, tout comme les rainettes, qui sont en général plus vertes et arboricoles, les crapauds dont la peau est plus granuleuse et les xénopes strictement aquatiques. Tous ces termes usuels correspondent à des apparences extérieures plus qu'à des classements strictement taxinomiques.

En Europe, parmi les espèces de grenouilles les plus connues figurent la Grenouille verte et la Petite grenouille verte, la Grenouille des champs, la Grenouille rousse et, en élevage, la Grenouille rieuse.

Grenouille des champs

La Rana arvalis ou, plus communément appelée grenouille des champs ou grenouille oxyrhine est une espèce d'amphibiens de la famille des Ranidae.


Grive musicienne

Le Turdus merula ou, plus communément appelé Grive est un nom donné à plusieurs espèces appartenant à la famille des Turdidae et proches du Merle noir . Parmi les espèces rencontrées en Europe citons principalement la Grive mauvis (Turdus iliacus), la Grive musicienne (Turdus philomelos), la Grive draine (Turdus viscivorus) et la Grive litorne (Turdus pilaris).

La grive musicienne se nourrit de vers, de limaces, chenilles ou escargots, ainsi que de baies ou autres fruits.

La grive musicienne recherche son alimentation principalement au sol. Friande d'escargots, elle a pour habitude de se servir d'une pierre comme enclume afin d'y casser leur coquille. Ce comportement lui est propre et n'est pas partagé par les autres espèces de grives. Elle présente un exemple d'utilisation d'outil par un animal.

Le chant de la grive musicienne est très complexe : un motif simple, sifflé trois ou quatre fois, puis un autre et encore un autre, avec parfois des imitations du chant d'autres espèces. Pour corser le tout, la grive musicienne imite très bien la fauvette des jardins et d'autres encore.


Hister quadrimaculatus

Hister quadrimaculatus est une espèce d'insectes de l'ordre des coléoptères, de la famille des Histeridae, sous-famille des Histerinae, de la tribu des Histerini et du genre Hister.

DSC02529


Lampyre

Le Lampyris noctiluca ou, plus communément appelé le lampyre ou ver luisant. Malgré son nom, ce n'est pas un ver, c'est une espèce d’insectes coléoptères de la famille des Lampyridae, de la sous-famille des Lampyrinae. Il s'apparente aux Lucioles.

Le mot vient du latin lampyris qui vient lui-même du grec, « briller ».

Une femelle lampyre:

DSC02006

Les femelles du lampyre (ver luisant) gardent adultes une forme de larve. Les femelles adultes diffèrent des larves par l'absence de taches jaune-orangé, latérales, sur la face dorsale des segments.

DSC02011

Le lampyre a la faculté d’émettre de la lumière par la partie terminale de son abdomen (seul le dernier segment est lumineux chez les larves et les mâles, alors que la femelle, beaucoup plus lumineuse, émet aussi par la face ventrale des deux avant-derniers segments). Les œufs eux-mêmes sont lumineux.

Les femelles aptères (dépourvus d’ailes) émettent cette lumière pour attirer les mâles qui, eux, sont pourvus d'ailes, et donc plus mobiles.

Les larves sont prédatrices. Elles se nourrissent avant tout d'escargots et de limaces qu'elles paralysent en leur injectant un venin. Puis elles liquéfient leurs proies au moyen d'enzymes digestives avant de les ingurgiter.

Les adultes ne se nourrissent que très peu voire pas, survivant principalement grâce aux réserves établies à l'état larvaire, et se laissent mourir après la reproduction.


Leptis bécasse

Le Rhagio scolopaceus ou, plus communément appelé  Leptis bécasse est une espèce d'insectes diptères brachycères (mouche) de la famille des Rhagionidae, mesurant entre 8 et 14 mm.

DSC02241


Lycosidae

Les Lycosidae sont une famille d'araignées aranéomorphes.

Cette famille rassemble 2 403 espèces dans 123 genres actuels. En français les membres de cette famille sont nommés, selon les espèces, araignées-loups, tarentules ou lycoses. Ce sont des araignées qui ne tissent généralement pas de toile, mais qui chassent à l'affût des proies. Les femelles transportent leurs petits sur leur dos.

Trochosa terricolla

DSC01968

Trochosa terricola avec son cocon accroché aux filières:

DSC02017

Pardosa

La Pardosa avec son cocon accroché aux filières:

DSC02132


Meloe

Le Meloe Proscarabaeus ou, plus communément appelé le Méloé est un genre de coléoptères de la famille des Meloidae.

DSC01809

Chez certaines espèces du genre Meloe, la larve au stade triongulin envoient des signaux chimiques pour attirer les abeilles mâles. Lorsqu'un faux-bourdon (abeille mâle) arrive à proximité de celle-ci, elle l'agrippe. Éventuellement, le mâle entre en contact avec une femelle et la larve s'agrippe à celle-ci.

L'abeille apporte alors la larve prédatrice dans son nid. La larve est prédatrice et se nourrira du couvain.

meloe

Lieu de ponte :


Mésange

Mésange est un nom commun ambigu en français. Les mésanges sont pour la plupart des passereaux de la famille des Paridés. Ce sont de petits oiseaux actifs, au bec court, de forme assez trapue. Elles sont arboricoles, insectivores et granivores. Le mâle et la femelle sont semblables ; les jeunes ressemblent aux adultes.

Elles nichent dans des trous d'arbres, mais utilisent souvent les nichoirs dans les jardins. Elles sont très sociables et fréquentent volontiers les mangeoires en hiver.


Moineau domestique

Le Passer domesticus ou, plus communément appelé Moineau domestique est une espèce de petits passereaux de la famille des Passeridae. Les femelles et les jeunes oiseaux sont pâles, colorés de brun et de gris, tandis que les mâles sont plus vifs, avec des marques noires, blanches et brunes. Granivore, il se nourrit majoritairement de céréales et d'autres graines, mais se montre opportuniste, consommant divers invertébrés, les insectes en premier lieu, qui servent par ailleurs d'alimentation de base aux oisillons. Ses prédateurs principaux sont les chats domestiques et les rapaces.


Mulot

Mulot est un nom commun ambigu. Pour les zoologistes, le terme mulot désigne spécifiquement le genre Apodemus. Cependant l'usage désigne souvent sous cette appellation n'importe quel rongeur campagnard, comme : Les campagnols, le rat des moissons.

DSC02978

Apodemus sylvaticus ou, plus communément appelé Mulot ou Mulot sylvestre est une espèce de rongeurs de la famille des Muridae. Il a de nombreux noms communs : Mulot sylvestre, Souris de terre, Souris des bois, Rat-mulot, Rat sauteur, Rat sauteur d'Islande, Mulot ordinaire, Mulot gris ou encore Souris sylvestre.

DSC02979

Ce sont aussi des animaux fouisseurs qui jouent un rôle important en matière de mycorhization du système racinaire des arbres forestiers, et donc en matière de productivité forestière et de résilience écologique ou d'extension des forêts (Reboisement). Comme les écureuils dont presque toutes les espèces se sont avérées être de grand fongivores ( qui se nourrit de champignons ) à certaines époques de l'année, qui enterrent leurs provisions de graines, les mulots forestiers mangent des champignons et contribuent à diffuser leurs spores qui se retrouvent en grande partie intactes dans leurs excréments.


Pic vert

Le Picus viridis ou, plus communément appelé Pic vert ou pivert est une espèce d'oiseaux appartenant à la famille des Picidae.

On distingue la femelle Pic vert à droite :

Cet oiseau se nourrit principalement d'insectes et de larves, capturés sur le sol. Il recherche particulièrement les fourmilières dans les prés, car les fourmis représentent plus de 90 % de son alimentation. Dans le sud de l'Europe, il s'attaque également aux ruches en hiver. Il complète son alimentation avec des graines et des baies.

Comme tous les pics, le Pic vert est cavernicole pour la reproduction. Il utilise son bec puissant et tranchant pour creuser sa loge de nidification dans les bois tendres comme ceux des saules ou des peupliers, mais aussi des fruitiers comme les cerisiers, à une hauteur variable du tronc (de 2 à plus de 10 m). Cela lui demande plusieurs semaines de travail.


Pigeon ramier

Le Columba palumbus ou, plus communément appelé  Pigeon ramier ou Palombe est la plus grande et la plus commune des espèces de pigeons européens. Il est répandu aussi bien en forêt que dans les espaces urbains et ruraux. La colonisation des grandes villes est plus récente que celle réalisée par le Pigeon biset. Les pigeons ramiers reviennent au nid initial de génération en génération pendant des dizaines d'années.

DSC02520

Les pigeonneaux :

DSC02721

DSC00319


Punaises

Les Pentatomidae (pentatomidés) ou, plus communément appelées les Punaises sont une famille d'insectes hémiptères du sous-ordre des hétéroptères.

En grec, pente signifie cinq et tomos section : les insectes de cette famille ont des antennes à cinq segments.

 La femelle Punaise dépose de 30 à 130 œufs à la fois, Les larves nouvellement nées se rassemblent près des œufs vides et ne se nourrissent que trois jours plus tard, après la première mue. Elles muent jusqu'à cinq fois pour certaines avant d'atteindre leur maturité, augmentant de taille à chaque fois. Chaque stade larvaire dure une semaine, excepté le dernier qui dure seulement une journée.  Jusqu'à leur troisième mue, les larves restent grégaires sur la même plante hôte, la raison de cette grégarité est la mise en commun de défenses chimiques contre les prédateurs tels que les fourmis .

Corée marginée

La Coreus marginatus ou, plus communément appelée corée marginée, est une punaise de la famille des Coreidae, de la sous-famille des Coreinae, de la tribu des Coreini et du genre Coreus.

DSC02463

Punaise arlequin

La Graphosoma lineatum ou, plus communément appelée Punaise arlequin est un insecte hétéroptère de la famille des Pentatomidae, de la sous-famille des Podopinae et du genre Graphosoma.

DSC02454

Toute la face dorsale de cette espèce est rayée de bandes longitudinales rouges et noires, tandis que les bords latéraux de l'abdomen sont tachetés de rouge et de noir.

DSC02432

Punaise des baies

la Dolycoris baccarum ou, plus communément appelée la Punaise des baies ou Pentatome des baies est un insecte hémiptère du sous-ordre des hétéroptères, de la famille des Pentatomidae.

DSC02192

Elle se nourrit de fleurs, de fruits de nombreuses plantes, parfois de plantes potagères, auxquelles elle peut nuire.

Punaise verte

La Palomena prasina ou, plus communément appelée la punaise verte , est l'une des punaises les plus communes d'Europe.

Appelée aussi la punaise des bois. Elle devient brune à l'approche de l'hiver mais redevient verte au retour du printemps.

Différents stades larvaires d'une Punaise verte.

Punaise verte ponctuée

La Nezara viridula ou, plus communément appelée Punaise verte puante ou Punaise verte ponctuée, est une espèce de punaise malodorante, de la famille des Pentatomidae, de la sous-famille des Pentatominae, de la tribu des Pentatomini et du genre Nezara.

Différents stades larvaires d'une Punaise verte.


Pisaure admirable

la Pisaura mirabilis ou, plus communément appelée la Pisaure admirable, est une espèce d'araignée aranéomorphe de la famille des Pisauridae.

DSC01960

Cette araignée ne tisse pas de toile pour capturer ses proies mais se nourrit en les chassant dans les herbes basses.

Pour se faire reconnaître, le mâle présente à la femelle, une proie morte enrobée de soie. L'accouplement dure environ une heure, pendant que la femelle consomme le présent qui lui a été fait. Quelque temps plus tard, la femelle pond les œufs dans un cocon qu'elle transporte à l'aide de ses pattes-mâchoires durant le temps de la maturation des œufs. Une fois proche de l'éclosion, elle fixe le cocon à des herbes basses. Elle fabrique alors une « pouponnière » de soie, sorte de cloche de soie dans les herbes, où les jeunes vont demeurer. Elle reste à proximité de cette cloche durant les premières phases de développement des jeunes, cloche qu'ils ne quittent qu'après leur seconde mue, lorsqu'ils deviennent capables de chasser et se nourrir.


Rainette verte

La Hyla arborea ou, plus communément appellée la rainette verte, est une espèce d'amphibiens de la famille des Hylidae.

Elle vit dans les forêts de feuillus, les forêts mixtes, les parcs et jardins, les vergers, les rives des lacs et cours d'eau. Elle évite les forêts trop sombres et denses.

 

 

On la classe communément parmi les grenouilles même si scientifiquement on sépare les grenouilles (ranidés) des rainettes (hylidés) notamment parce que les rainettes sont équipées de pelotes adhésives au bout des doigts leur permettant un mode de vie arboricole (en Europe, les rainettes sont les seuls amphibiens européens à avoir ce mode de vie de grimpeur).


Sauterelle

La Tettigoniidae ou, plus communément appelée Sauterelle est une famille d'orthoptères qui comprend plus de 6400 espèces. Le nom de cette famille de sauterelles dérive de nom Tettigonia. Il fait appel au grec ancien téttix, qui désigne la cigale, en raison du fait que les sauterelles stridulent, comme celles-ci.

DSC03165

Ces insectes sont principalement nocturnes et lors de la période de reproduction, ils communiquent par stridulation. De nombreuses espèces pratiquent l'art du camouflage et ressemblent à s'y méprendre à une feuille.

DSC03159

Sauterelle est un nom commun ambigu désignant en français non pas un genre, mais plusieurs familles et sous-familles d'insectes orthoptères communs presque partout dans le monde et qui se déplacent en sautant à l'aide de leurs longues pattes postérieures. Ce terme dérive de « sauter ». Elles ont des antennes longues, et des organes auditifs situés sur leurs pattes avant.


Spilosoma lubricipeda

Spilosoma lubricipeda ou, plus communément appelée l'Écaille tigrée, est une espèce de lépidoptère ( papillon ) appartenant à la famille des Arctiidae et au genre Spilosoma.


Trachyzelotes pedestris

Trachyzelotes est un genre d'araignées aranéomorphes de la famille des Gnaphosidae.

DSC02130


Vache

Vache est le nom commun donné à la femelle mammifère domestique de l'espèce Bos taurus, un ruminant appartenant à la famille des bovidés, généralement porteur de cornes sur le front. Les individus mâles sont appelés taureaux et les jeunes, veaux. Une génisse ou vachette, appelée aussi taure au Québec, est une vache qui n'a pas vêlé.

La Vache à gauche et le Taureau à droite :

Le taureau :

Les veaux :


Vanesse du chardon

La Vanessa cardui ou, plus communément appelée Vanesse du chardon ou Belle-dame est un papillon migrateur de la famille des Nymphalidae, de la sous-famille des Nymphalinae et du genre Vanessa.

DSC02494

Il s'agit du papillon diurne le plus répandu dans le monde.

DSC02488


Valgus hemipterus

Valgus hemipterus est une espèce d'insectes coléoptères de la famille des Cetoniidae (Cétoine). 

DSC02760

C'est la seule espèce de la sous-famille des Valginae et du genre Valgus.

DSC02761